Géographie

Effet de serre (suite)


Le premier avertissement concernant l'appauvrissement de la couche d'ozone a été donné par la NASA, à partir d'études réalisées entre 1979 et 1986: le bouclier a perdu de son épaisseur et a un trou de 31 millions de kilomètres carrés au-dessus de l'Antarctique, ce qui équivaut à 15% de la superficie. surface terrestre.

En février 1992, la NASA identifie un deuxième trou, cette fois au-dessus du pôle Nord, atteignant des régions proches du cercle polaire arctique.

En 1987, les scientifiques ont identifié le chlore présent dans les composés chlorofluorocarbonés (CFC) comme l'un des polluants responsables de la couche d'ozone.

Il est utilisé comme propulseur dans divers types de sprays, moteurs d'avion, circuits de réfrigération, mousse plastique, moules et plateaux en plastique poreux, puces informatiques et solvants utilisés par l'industrie électronique. Avec une durée de vie de 75 ans, il se combine avec l'oxygène et constitue des molécules d'ozone et forme du chlore gazeux.

Les plus grands producteurs et consommateurs de CFC vivent dans l'hémisphère nord. Les pays développés fabriquent en moyenne 1 kg de CFC par personne et par an. En 1987, des représentants de 57 pays du Canada ont signé le Protocole de Montréal, s'engageant à réduire de moitié la production de CFC d'ici 1999. En juin 1990, l'accord a été ratifié par l'ONU. Il prévoit l'élimination progressive de la production de CFC d'ici 2010. Plus de 90 pays adhèrent à l'accord, y compris le Brésil.

Bien que les émissions de CFC soient les plus élevées dans l'hémisphère Nord, c'est au pôle Sud que le premier et le plus vaste trou de la couche d'ozone émerge. Cela est dû à la circulation des masses d'air dans l'atmosphère. Ils circulent en couches superposées - allant des pôles à l'Équateur à basse altitude, et revenant de l'Équateur aux pôles les plus élevés - et sont capables de transporter des polluants à des milliers de kilomètres de leur lieu d'origine.

Pendant l'hiver antarctique, d'avril à août, la région reste dans l'obscurité et les vents polluants tournent en cercle, attirant des masses d'air d'autres parties de la terre. En septembre et octobre, la lumière du soleil revient dans la région et stimule les réactions chimiques appauvrissant la couche d'ozone.

Le trou est formé. En novembre, l'air arrivant d'autres régions permet une recomposition partielle du Bouclier d'ozone. Le trou diminue de taille mais ne se ferme pas complètement.

Nous avons des pluies acides, qui brûlent du carbone et des combustibles fossiles, et des polluants industriels qui libèrent du dioxyde de soufre et de l'azote dans l'atmosphère.

Ces gaz se combinent avec l'hydrogène présent dans l'atmosphère sous forme de vapeur d'eau. Il en résulte des pluies acides: l'eau de pluie, ainsi que le gel, la neige et le brouillard, sont chargés d'acide sulfurique ou d'acide nitrique. Lorsqu'ils tombent à la surface, ils modifient la composition chimique du sol et de l'eau, frappent les chaînes alimentaires, détruisent les forêts et les cultures, attaquent les structures métalliques, les monuments et les bâtiments.