L'histoire

La vie quotidienne des moines médiévaux

La vie quotidienne des moines médiévaux


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La vie des moines dans un monastère médiéval, comme dans toute profession ou vocation, avait ses avantages et ses inconvénients. Alors qu'ils devaient vivre simplement avec peu de biens, assister aux services à toute heure du jour et de la nuit, et peut-être même faire vœu de silence, les moines pouvaient au moins bénéficier d'un toit sécurisé au-dessus de leur tête. Un autre avantage était un approvisionnement alimentaire régulier qui était d'un niveau beaucoup plus élevé que celui auquel la grande majorité de la population médiévale avait accès. En plus d'essayer de se rapprocher de Dieu à travers leurs sacrifices physiques et leurs études religieuses, les moines pourraient être très utiles à la communauté en éduquant les jeunes de l'aristocratie et en produisant des livres et des manuscrits enluminés qui se sont depuis avérés être des témoignages inestimables de la vie médiévale pour les historiens modernes. .

Développement des monastères

À partir du IIIe siècle de notre ère, il s'est développé en Égypte et en Syrie une tendance qui a vu certains chrétiens décider de vivre la vie d'un ermite solitaire ou d'un ascète. Ils l'ont fait parce qu'ils pensaient que sans aucune distraction matérielle ou matérielle, ils atteindraient une plus grande compréhension et une plus grande proximité avec Dieu. De plus, chaque fois que les premiers chrétiens étaient persécutés, ils étaient parfois contraints par la nécessité de vivre dans des régions montagneuses reculées où l'essentiel de la vie manquait. Au fur et à mesure que ces individualistes se multiplièrent, certains d'entre eux commencèrent à vivre ensemble en communautés, continuant cependant à se couper du reste de la société et se consacrant entièrement à la prière et à l'étude des Écritures. Initialement, les membres de ces communautés vivaient encore une vie essentiellement solitaire et ne se réunissaient que pour les services religieux. Leur chef, un abba (d'où le « abbé » plus tard) a présidé ces individualistes - ils ont été appelés monachos en grec pour cette raison, qui est dérivé de mono signifiant « un », et qui est à l'origine du mot « moine ». Au fil du temps, au sein de cette première forme de monastère, une attitude plus communautaire à l'égard de la vie quotidienne s'est développée, où les membres partageaient le travail nécessaire pour rester autonomes et partageaient le logement et les repas.

Les règles monastiques différaient entre les différents ordres qui ont évolué à partir du 11ème siècle de notre ère et même entre les monastères individuels.

À partir du 5ème siècle de notre ère, l'idée de monastères s'est répandue dans l'empire byzantin, puis en Europe romaine où les gens ont adopté leurs propres pratiques distinctes basées sur les enseignements de saint Benoît de Nursie (vers 480-vers 543 de notre ère). L'ordre bénédictin encourageait ses membres à mener une vie aussi simple que possible avec une nourriture simple, un logement de base et le moins de biens possible. Il y avait un ensemble de règlements que les moines devaient suivre et, parce qu'ils vivaient tous de la même manière, ils sont devenus connus sous le nom de « frères ». Les règles monastiques différaient entre les différents ordres qui ont évolué à partir du XIe siècle de notre ère et même entre les monastères individuels. Certains ordres étaient plus stricts, comme les cisterciens qui ont été formés en 1098 de notre ère par un groupe de moines bénédictins qui voulaient une vie encore moins mondaine pour eux-mêmes. Les femmes aussi pouvaient vivre la vie monastique en tant que moniales dans les abbayes et les couvents.

Comme les monastères étaient censés être autosuffisants, les moines devaient combiner le travail quotidien pour produire de la nourriture avec le culte communautaire et l'étude privée. Les monastères ont grandi en sophistication et en richesse, grandement aidés par les allégements fiscaux et les dons, de sorte qu'à mesure que le Moyen Âge avançait, le travail physique est devenu moins nécessaire pour les moines qui pouvaient désormais compter sur les efforts de frères convers, d'ouvriers ou de serfs (non libres). ouvriers). Par conséquent, les moines du haut Moyen Âge pouvaient consacrer plus de temps à des activités savantes, en particulier en produisant des spécialités monastiques médiévales telles que les manuscrits enluminés.

Recrutement

Les gens étaient attirés par la vie monastique pour diverses raisons telles que la piété; le fait qu'il s'agissait d'un choix de carrière respecté; il y avait une chance de pouvoir réel si l'on s'élevait au sommet ; et l'un s'est vu garantir un logement décent et des repas au-dessus de la moyenne à vie. Les deuxième ou troisième fils de l'aristocratie, qui n'étaient pas susceptibles d'hériter des terres de leur père, étaient souvent encouragés à rejoindre l'église et l'une des voies d'une carrière réussie consistait à rejoindre un monastère et à y recevoir une éducation (apprentissage de la lecture, de l'écriture , arithmétique et latin). Les enfants étaient envoyés dans leurs pré-adolescents, souvent âgés d'à peine cinq ans, puis appelés oblats, tandis que ceux qui se joignaient à 15 ans ou plus étaient appelés novices. Ces deux groupes ne se mélangeaient généralement pas avec des moines à part entière, bien que ni les oblats ni les novices n'aient jamais été autorisés à être seuls, sans la surveillance d'un moine.

Après un an, un novice pouvait prononcer ses vœux et devenir moine à part entière, et ce n'était pas toujours un choix de carrière irréversible car des règles se sont développées à partir du 13ème siècle de notre ère qu'un jeune pouvait librement quitter un monastère lorsqu'il atteignait sa maturité. La plupart des moines venaient d'un milieu aisé ; en effet, apporter un don substantiel à l'entrée était attendu. Les recrues étaient généralement locales, mais les plus grands monastères étaient capables d'attirer des gens même de l'étranger. Par conséquent, il n'y a jamais eu vraiment de pénurie de preneurs pour rejoindre un monastère bien que les moines ne représentaient jamais qu'environ 1% de la population médiévale.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Un monastère majeur comme l'abbaye de Cluny en France comptait 460 moines à son apogée au milieu du XIIe siècle de notre ère.

Les monastères variaient en taille, un petit ne comptant qu'une douzaine de moines et les plus grands une centaine de frères. Un monastère majeur comme l'abbaye de Cluny en France comptait 460 moines à son apogée au milieu du XIIe siècle de notre ère. Le nombre de moines était essentiellement limité aux revenus du monastère qui provenaient en grande partie des terres qu'il possédait (et qui lui ont été données par les mécènes au fil des ans). Les monastères comprenaient un bon nombre de frères convers en plus des moines et ceux-ci étaient employés pour effectuer des travaux manuels tels que les travaux agricoles, la cuisine ou la lessive. Les frères convers observaient certaines des règles monastiques mais vivaient dans leurs propres quartiers séparés.

L'Abbé

Les monastères étaient généralement gérés par un abbé qui avait une autorité absolue dans son monastère. Choisi par les moines supérieurs, qu'il était censé consulter sur les questions de politique (mais qu'il pouvait aussi ignorer), l'abbé avait son travail à vie, si sa santé le permettait. Pas seulement un travail pour les vieux et les sages, un moine dans la vingtaine pourrait avoir une chance d'être nommé abbé car il y avait une tendance à sélectionner quelqu'un qui pourrait occuper le poste pendant des décennies et ainsi assurer une certaine stabilité au monastère. L'abbé était assisté dans ses tâches administratives par le prieur qui avait lui-même une équipe d'inspecteurs qui contrôlaient quotidiennement les moines. Les monastères plus petits sans abbé propre (mais sous la juridiction de l'abbé d'un autre monastère) étaient généralement dirigés par le prieur, d'où le nom de ces institutions : un prieuré. Les moines seniors, parfois appelés «obédients», pourraient avoir des tâches spécifiques, peut-être sur une base de rotation, comme s'occuper de la cave à vin du monastère, du jardin, de l'infirmerie ou de la bibliothèque et du scriptorium (où les textes étaient rédigés).

L'abbé représentait le monastère auprès des autres monastères et de l'État, aux yeux duquel il se rangeait aux côtés des plus puissants propriétaires laïques. Sans surprise pour un personnage aussi important, les moines devaient s'incliner profondément en présence de l'abbé et lui baiser la main avec révérence. Si un abbé était extrêmement impopulaire et agissait contrairement à l'ordre, il pouvait être destitué par le pape.

Règles et Règlements

Les moines ont suivi les enseignements de Jésus-Christ en rejetant la richesse personnelle, comme indiqué dans l'Évangile de Matthieu :

Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; et viens, suis-moi (19:21)

Le long de ces lignes, le confort des créatures était évité, mais l'application stricte de tels idéaux dépendait vraiment de chaque monastère. De même, le silence était une méthode pour rappeler aux moines qu'ils vivaient dans une société fermée assez différente du monde extérieur. Les moines n'étaient généralement pas autorisés à parler dans des endroits tels que l'église, la cuisine, le réfectoire ou les dortoirs. On pouvait être assez audacieux pour tenter une conversation dans le cloître juste après une assemblée générale, mais en plus de cette indulgence, la conversation devait être réduite au strict minimum et lorsqu'elle se produisait, elle était censée être limitée aux questions ecclésiastiques ou aux nécessités quotidiennes. . Les moines étaient encore plus restreints en ce sens qu'ils ne pouvaient se parler que car il n'était pas permis de parler du tout aux frères convers et aux novices, sans parler des visiteurs extérieurs de quelque nature que ce soit. Pour cette raison, les moines utilisaient souvent des gestes qui leur avaient été enseignés en tant que novices et parfois ils sifflaient même plutôt que de parler à une personne ou à un endroit où ils ne devraient pas.

Quiconque avait enfreint les règles était signalé à l'abbé ; parler de ses frères était considéré comme un devoir. Les punitions peuvent inclure le fait d'être battu, d'être exclu des activités communautaires pendant un certain temps, ou même d'être emprisonné dans le monastère.

Vêtements et biens

Les moines devaient garder le sommet de leur tête rasé (tonsuré), ce qui laissait une bande de cheveux distinctive juste au-dessus des oreilles. Contrairement à la racine de leurs cheveux, les vêtements d'un moine étaient conçus pour couvrir autant de chair que possible. La plupart des moines portaient des sous-vêtements en lin, parfois des bas ou des chaussettes, et une simple tunique en laine nouée à la taille par une ceinture en cuir. Au-dessus de ceux-ci se trouvait leur vêtement le plus reconnaissable, le capuchon. Un capuchon monastique était une longue robe sans manches avec une capuche profonde. Au-dessus du col, une autre robe était portée, cette fois avec des manches longues. En hiver, un manteau en peau de mouton apportait une chaleur supplémentaire. Fabriqué à partir du tissu le moins cher et le plus rugueux, un moine n'avait généralement pas plus de deux vêtements de chaque, mais il recevait un nouveau capuchon et une nouvelle robe à chaque Noël.

Un moine ne possédait pas grand-chose d'important en dehors de ses vêtements. Il pourrait avoir un stylo, un couteau, un mouchoir, un peigne et un petit nécessaire de couture. Les rasoirs n'étaient distribués qu'à une heure précise. Dans leur chambre, un moine avait un matelas de paille ou de plumes et quelques couvertures de laine.

La routine quotidienne d'un moine

Les moines n'étaient généralement pas autorisés à quitter le monastère à moins qu'ils n'aient une raison spéciale et que leur abbé y ait autorisé. Il y avait des exceptions, comme dans les monastères irlandais où les moines parcouraient la campagne pour prêcher et parfois même fondaient de nouveaux monastères. Pour la plupart des moines, cependant, leur vie quotidienne était entièrement contenue dans l'enceinte du monastère qu'ils avaient rejoint en tant que novice et dans lequel ils mourraient un jour.

Les moines se levaient généralement avec le soleil, ce qui pouvait signifier 4h30 en été ou 7h30 luxueuses en hiver, la journée étant très dictée par la disponibilité de la lumière. En commençant par un lavage rapide, les moines passaient environ une heure à faire un travail silencieux, ce qui signifiait pour les moines des prières, la lecture du texte qui leur avait été assigné par leur supérieur ou la copie d'un livre spécifique (un processus laborieux qui prenait plusieurs mois). Ensuite, la messe du matin a eu lieu, suivie de la réunion du chapitre où tout le monde s'est réuni pour discuter de toute affaire importante concernant le monastère dans son ensemble. Après une autre période de travail, qui pouvait inclure un travail physique s'il n'y avait pas de frères convers pour le faire, il y avait une messe de midi (la grand-messe) puis un repas, le plus important de la journée.

L'après-midi a été consacré à nouveau au travail et s'est terminé vers 16h30 en hiver, qui a ensuite vu un autre repas ou, dans le cas de l'été, un souper vers 18h suivi de plus de travail. Les moines se couchaient tôt, juste après 18 heures en hiver ou 20 heures en été. Cependant, ils n'avaient généralement pas un sommeil ininterrompu, car vers 2 ou 3 heures du matin, ils se levaient à nouveau pour chanter les Nocturnes (alias Matines) et les Laudes dans l'église. Pour s'assurer que personne ne dormait dans la pénombre, un frère passait par le chœur pour vérifier avec une lampe. En hiver, ils peuvent ne pas retourner au lit mais effectuer des tâches personnelles telles que réparer et raccommoder.

Les moines étaient, bien sûr, très pauvres car ils possédaient peu de biens de quelque nature que ce soit, mais le monastère lui-même était l'une des institutions les plus riches du monde médiéval. Par conséquent, les moines étaient bien pris en charge dans le domaine qui comptait probablement le plus pour la majorité de la population : la nourriture et la boisson. Contrairement aux 80% de ceux qui vivaient à l'extérieur des monastères, les moines n'avaient pas à se soucier des variations saisonnières ou des variations saisonnières. Ils avaient de la bonne nourriture toute l'année et leur consommation n'était vraiment limitée que par la rigueur des règles de l'ascèse dans leur monastère particulier. Dans les monastères plus stricts, la viande n'était généralement consommée que par les malades et elle était souvent réservée à certains jours de fête. Cependant, ces monastères avec des règles plus généreuses ont permis à des viandes telles que le porc, le lapin, le lièvre, le poulet et le gibier à plumes d'apparaître plus souvent sur la table du dîner commun. Dans tous les monastères, il n'y a jamais eu de pénurie de pain, de poisson, de fruits de mer, de céréales, de légumes, de fruits, d'œufs et de fromage ainsi que beaucoup de vin et de bière. Les moines prenaient généralement un repas par jour en hiver et deux en été.

Redonner à la communauté

Les moines et les monastères ont redonné à la communauté dans laquelle ils vivaient en aidant les pauvres et en fournissant des hôpitaux, des orphelinats, des bains publics et des maisons pour les personnes âgées. Les voyageurs étaient un autre groupe qui pouvait trouver une chambre en cas de besoin. Comme déjà mentionné, dans l'éducation aussi, les monastères ont joué un rôle de premier plan, notamment en créant de grandes bibliothèques et en enseignant aux jeunes. Les monastères s'occupaient des lieux de pèlerinage et étaient de grands mécènes des arts, produisant non seulement leurs propres œuvres mais aussi parrainant des artistes et des architectes pour embellir leurs bâtiments et ceux de la communauté avec des images et des textes pour diffuser le message chrétien. Enfin, de nombreux moines ont été d'importants contributeurs à l'étude de l'histoire - à la fois à l'époque et aujourd'hui, en particulier avec leurs collections de lettres et de biographies (vitae) de saints, de personnages célèbres et de dirigeants.


Moines médiévaux

Ordres des moines médiévaux au Moyen Âge
Les premiers moines médiévaux ont adhéré à la règle bénédictine établie par saint Benoît en 529 après JC. Différents ordres de moines médiévaux ont également été établis au cours du Moyen Âge. Les principaux ordres de moines médiévaux étaient :

  • Les moines bénédictins - le moine noir
  • Les moines cisterciens - le moine blanc
  • Les Chartreux - les moines silencieux
  • Les moines dominicains
  • Les moines franciscains
  • Moines Augustins, y compris les Gilbertins

Des informations sur.

La vie quotidienne des moines médiévaux au Moyen Âge reposait sur les trois vœux principaux :

Le vœu de pauvreté
Le vœu de chasteté
Le vœu d'obéissance

La vie quotidienne des moines médiévaux

La vie quotidienne des moines médiévaux était consacrée au culte, à la lecture et au travail manuel. En plus de leur présence à l'église, les moines passaient plusieurs heures à lire la Bible, à prier en privé et à méditer. Pendant la journée, les moines médiévaux travaillaient dur dans le monastère et sur ses terres.

La vie des moines médiévaux était remplie des travaux et corvées suivantes :

Laver et cuisiner pour le monastère
Augmenter les approvisionnements nécessaires en légumes et céréales
Moisson, semis, labour, liage et chaume, fenaison et battage
Production de vin, de bière et de miel
Fournir des soins médicaux à la communauté
Offrir une éducation aux garçons et aux novices
Copie de manuscrits d'auteurs classiques
L'accueil des pèlerins

Emplois et occupations monastiques

La vie quotidienne des moines médiévaux comprenait de nombreux emplois et occupations différents. Les noms et descriptions de bon nombre de ces postes sont détaillés ci-dessous :

Abbé - le chef d'une abbaye
Aumônier - un aumônier était un officier d'un monastère qui dispensait l'aumône aux pauvres et aux malades
Barber Surgeon - le moine qui a rasé les visages et les tonsures des moines et a effectué une chirurgie légère
Cantor - le cantor était le moine dont la fonction liturgique est de diriger le chœur
Cellarer - le cellier était le moine qui supervisait l'approvisionnement général du monastère
Infirmier - le moine en charge de l'infirmerie
Lecteur - un lecteur était un moine chargé de lire les leçons à l'église ou au réfectoire.
Sacrist - le sacrist était le moine responsable de la garde des livres, des vêtements et des vaisseaux, et de l'entretien des bâtiments du monastère
Prieur - dans une abbaye le suppléant de l'abbé ou le supérieur d'un monastère qui n'avait pas le statut d'abbaye

La routine quotidienneLa vie quotidienne d'un moine médiéval au Moyen Âge était centrée sur les heures.
Le livre d'heures était le livre de prières principal et était divisé en huit sections, ou heures, destinées à être lues à des moments précis de la journée.
Chaque section contenait des prières, des psaumes, des hymnes et d'autres lectures destinées à aider les moines à assurer leur salut.
Chaque jour était divisé en ces huit offices sacrés, commençant et se terminant par des services de prière dans l'église du monastère.
C'étaient les heures spécifiées pour la récitation de l'office divin qui était le terme utilisé pour décrire le cycle des dévotions quotidiennes.

Les temps de ces prières ont été appelés par les noms suivants -
Matines,
Laudes,
Premier,
Tercé,
Sexte,
Aucun,
Vêpres et
Complies.

Matines : l'office de nuit l'office récité à 2 heures du matin dans l'office divin
Prime : Le service de 6h du matin
Vêpres : le service du soir de l'office divin, récité avant la tombée de la nuit (16h - 17h)
Complies : les derniers offices de la journée de l'office divin, récités avant de se retirer (18h)

Tout travail était immédiatement interrompu à ces moments de prière quotidienne. Les moines étaient tenus d'arrêter ce qu'ils faisaient et d'assister aux services. La nourriture des moines était généralement basique et le pilier était le pain et la viande. Les lits sur lesquels ils dormaient étaient des palettes remplies de paille.


Des informations sur.

La vie quotidienne des moines médiévaux au Moyen Âge reposait sur les trois vœux principaux :

Les moines médiévaux ont choisi de renoncer à toute vie et à tous les biens du monde et de passer leur vie à travailler sous la stricte routine et discipline de la vie dans un monastère médiéval. N'importe quel homme, riche ou pauvre, noble ou paysan pouvait devenir moine médiéval. Les moines médiévaux vivaient sous une discipline stricte. Ils ne pouvaient posséder aucune propriété, ils ne pouvaient pas aller au-delà des murs du monastère sans le consentement de l'abbé, ils ne pouvaient même pas recevoir de lettres de la maison et ils étaient envoyés se coucher tôt. Une violation des règlements par des moines médiévaux a entraîné une punition. Tous les moines médiévaux étaient rasés de près. Ils se distinguaient par leurs cheveux en partie rasés appelés tonsures. Leurs cheveux étaient rasés à l'exception d'une bande étroite autour de la tête. Les tonsures étaient un symbole de leur renoncement à la mode et à l'estime du monde. Une tonsure peut également indiquer qu'un moine a reçu le statut de clerc.

1. Pourquoi les gens ont-ils choisi de devenir des moines médiévaux ?
La vie d'un moine était difficile, alors pourquoi les gens ont-ils choisi de devenir des moines médiévaux ? C'était un engagement à vie. La vie d'un moine médiéval a attiré de nombreux types de personnes au Moyen Âge. Les raisons pour devenir moine médiéval étaient les suivantes :

§ De consacrer leur vie au service de Dieu

§ Pour vivre une vie dans une retraite sécurisée

§ Pour échapper à un monde violent

§ Ils mènent une vie calme et paisible

2. La vie quotidienne des moines médiévaux
La vie quotidienne des moines médiévaux était consacrée au culte, à la lecture et au travail manuel. En plus de leur présence à l'église, les moines passaient plusieurs heures à lire la Bible, à prier en privé et à méditer. Pendant la journée, les moines médiévaux travaillaient dur dans le monastère et sur ses terres. La vie des moines médiévaux était remplie des travaux et corvées suivantes :

§ Laver et cuisiner pour le monastère

§ Augmenter les approvisionnements nécessaires en légumes et céréales

§ Moisson, semis, labour, liage et chaume, fenaison et battage

§ Production de vin, de bière et de miel

§ Fournir des soins médicaux à la communauté

§ Offrir une éducation aux garçons et aux novices

§ Copie de manuscrits d'auteurs classiques

§ Accueillir les pèlerins

3. La vie quotidienne des moines médiévaux - Emplois et occupations monastiques
La vie quotidienne des moines médiévaux comprenait de nombreux emplois et occupations différents. Les noms et descriptions de bon nombre de ces postes sont détaillés ci-dessous :

§ Abbé - le chef d'une abbaye

§ Aumônier - un aumônier était un officier d'un monastère qui dispensait l'aumône aux pauvres et aux malades

§ Barber Surgeon - le moine qui rasait le visage et les tonsures des moines et effectuait une chirurgie légère

§ Cantor - le cantor était le moine dont la fonction liturgique est de diriger le chœur

§ Cellarer - le cellier était le moine qui supervisait l'approvisionnement général du monastère

§ Infirmier - le moine responsable de l'infirmerie

§ Lecteur - un lecteur était un moine chargé de lire les leçons à l'église ou au réfectoire.

§ Sacriste - le sacriste était le moine responsable de la garde des livres, des vêtements et des récipients, ainsi que de l'entretien des bâtiments du monastère

§ Prieur - dans une abbaye le suppléant de l'abbé ou le supérieur d'un monastère qui n'avait pas le statut d'abbaye

4. La vie quotidienne d'un moine au Moyen Âge - la routine quotidienne
La vie quotidienne d'un moine médiéval au Moyen Âge était centrée sur les heures. Le livre d'heures était le livre de prières principal et était divisé en huit sections, ou heures, destinées à être lues à des moments précis de la journée. Chaque section contenait des prières, des psaumes, des hymnes et d'autres lectures destinées à aider les moines à assurer leur salut. Chaque jour était divisé en ces huit offices sacrés, commençant et se terminant par des services de prière dans l'église du monastère. C'étaient les heures spécifiées pour la récitation de l'office divin qui était le terme utilisé pour décrire le cycle des dévotions quotidiennes. Les heures de ces prières étaient appelées par les noms suivants : Matines, Laudes, Prime, Terce, Sexte, Nones, Vepres et Complies :

§ Laudes : le service matinal de l'office divin vers 5h du matin

§ Matines : l'office de nuit l'office récité à 2 heures du matin dans l'office divin

§ Sexte : la troisième des Petites Heures de l'office divin, récitée à la sixième heure (midi)

§ Nones : la quatrième des Petites Heures de l'office divin, récitée à la neuvième heure (15h)

§ Terce : la deuxième des Petites Heures de l'office divin, récitée à la troisième heure (9h)

§ Vêpres : le service du soir de l'office divin, récité avant la tombée de la nuit (16h - 17h)

§ Complies : les derniers offices de la journée de l'office divin, récités avant le coucher (18h)

*Tout travail était immédiatement interrompu à ces moments de prière quotidienne. Les moines étaient tenus d'arrêter ce qu'ils faisaient et d'assister aux services. La nourriture des moines était généralement basique et le pilier était le pain et la viande. Les lits sur lesquels ils dormaient étaient des palettes remplies de paille.


Dans la cellule d'un moine

Bien qu'il y ait eu quelques variations, la plupart des 25 cellules de Mount Grace suivent un modèle commun, comme le montre ce dessin de reconstruction.

Il y avait trois pièces au rez-de-chaussée - un salon, un bureau et une chambre combinée à un oratoire (une chapelle privée). A l'étage, il y avait une salle de travail. Les repas étaient passés au moine par une trappe à côté de la porte d'entrée du cloître.

Entre la cellule et le jardin se trouvait un court couloir qui servait de cloître privé où le moine pouvait lire et méditer. Un deuxième couloir menait aux latrines, qui étaient installées dans le mur du jardin à l'écart de la cellule. Dans l'un des couloirs se trouvait un robinet d'eau potable.

De hauts murs entouraient un jardin privé où le moine pouvait effectuer des travaux manuels et cultiver de la nourriture. Le jardin a également fourni une métaphore spirituelle pour le paradis. Plusieurs jardins du mont Grace ont été fouillés et les détails de leur plantation ont été récupérés.


Comment était-ce d'être moine à l'époque médiévale ?

Les moines médiévaux ont consacré leur vie à une vocation qui était fondamentale pour leur rôle et leur vie. Cela impliquait de servir Dieu, mais en plus, beaucoup vivaient dans une retraite sécurisée avec des personnes partageant les mêmes idées. C'était peut-être aussi pour échapper à ce qui était un monde violent, et par conséquent ils menaient une vie calme, ordonnée et paisible consacrée au service religieux.

Les principaux ordres de moines médiévaux, y compris les chartreux, les bénédictins (comme les clunisiens) et les cisterciens, avaient tous des modes de vie et de culte différents. Cela a dicté la forme de leurs journées, y compris leurs tâches de jardinage.

Différents ordres de moines ont fait des choses différentes avec leurs sites et leurs jardins, par exemple l'ordre des Chartreux au prieuré de Mount Grace avait des cellules individuelles où ils jardinaient, tandis que l'ordre des moines clunisiens du château d'Acre aurait exprimé son amour de la décoration dans son jardinage commun.

Les sites avec des « jardins des moines » sont aujourd'hui rares. English Heritage compte trois sites (le prieuré de Mount Grace, l'abbaye de Rievaulx et le prieuré de Castle Acre) avec des jardins d'herbes aromatiques représentant des plantes que les moines auraient utilisées. Cependant, ce n'est qu'au prieuré de Mount Grace que nous voyons les restes d'une cellule et de son jardin. Ici, les moines étaient dans une cellule séparée avec un jardin où ils vivaient leur vie dans un silence solitaire, s'aventurant à prier. La nourriture était introduite par une trappe par un frère laïc qui s'occupait des moines.

Le prieuré de Mount Grace aujourd'hui © Bibliothèque de photos Historic England


Le clergé au Moyen Âge

Le clergé au Moyen Âge était très important et influent dans la société. Certains avaient même un grand pouvoir politique. Le clergé au Moyen Âge était exonéré d'impôts parce qu'il rendait des services à ses paroissiens et fournissait également une satisfaction et des soins spirituels. Ils étaient les médiateurs entre Dieu et les hommes.

Au Moyen Âge, le Pape était puissant et influent. Il était la personne que les gens du Moyen Âge considéraient avec des promesses de rédemption du péché et avec l'absence de l'empereur, le pape en tant que membre le plus important du clergé est devenu la personnalité publique la plus respectée à la fois pour l'Église et l'Empire romain. De ce fait, l'Église catholique est devenue l'institution la plus unificatrice et la plus universelle. La ferveur religieuse pour les papes à l'époque médiévale était une véritable culture du Moyen Âge.

Le rôle du pape en tant que membre du clergé au Moyen Âge en tant que gouverneur était d'être le chef spirituel et l'administrateur des églises. Une fois le pape élu, il servirait de pape jusqu'au jour de sa mort. Le pape médiéval était aussi un législateur. Il ferait des lois que lui seul pouvait annuler et dispenser à moins que sa décision ne soit contestée et adoptée avec succès. Le pape au Moyen Âge avait le pouvoir de nommer les hommes du clergé. Les papes médiévaux régnaient sur les différends et avaient le pouvoir d'annuler les mariages.

Les évêques au Moyen Âge

Les évêques étaient nommés par le Pape, mais avant que la papauté ne soit établie, les dirigeants séculiers étaient ceux qui nommeraient l'évêque et aussi l'archevêque. L'évêque remplirait ses fonctions comme n'importe quel autre prêtre du clergé. Ils célébraient les cérémonies de mariage, accordaient les derniers droits, réglaient les différends dans leurs quartiers, entendaient les confessions et donnaient l'absolution.

Au Moyen Âge, on prétendait que les évêques étaient les successeurs des apôtres et qu'ils intervenaient donc et assumaient la vacance laissée par les dirigeants dans les zones instables. Cela s'est produit à Rome lorsque saint Pierre, un clergé du Moyen Âge, a assumé la vacance du trône et a plus tard obtenu le titre de papa ou de pape. Les évêques étaient les conseillers du pape mais suivaient et obéissaient toujours à l'autorité du pape.

Clergé du Moyen Âge, dans ce cas les évêques étaient riches. Ils vivaient et s'habillaient somptueusement comme les seigneurs. Le clergé (évêques) au Moyen Âge s'est impliqué dans la politique et les tribunaux pour aider les jugements délibérés.

Les prêtres au Moyen Âge

Le clergé au Moyen Âge comprenait un prêtre. Les prêtres venaient souvent de foyers modestes. Ils ne payaient jamais d'impôts et n'étaient pas très instruits, mais savaient lire et écrire. Les prêtres étaient ceux qui interagissaient quotidiennement avec les roturiers.

Les prêtres faisaient partie de la vie quotidienne au Moyen Âge. Ils racontaient les histoires des saints à leurs paroissiens, il serait à l'église tous les dimanches. Le prêtre alphabétisé serait celui qui enseignerait dans les écoles. Le clergé (prêtres) au Moyen Âge écoutait les confessions des peuples et les conseillait sur la bonne marche à suivre.

Les prêtres du Moyen Âge étaient ceux qui tenaient des registres dans le village et le château ou le manoir en raison de leur alphabétisation. Dans d'autres situations, ils aideraient à la perception des impôts. Les prêtres s'occupaient parfois des malades quand il n'y avait pas de médecin ou quand on ne pouvait pas se permettre de payer le médecin.

Au Moyen Âge, les prières étaient considérées comme le « meilleur remède » parce que toute autre forme de traitement était perçue comme de la pure sorcellerie.

Moines et moniales au Moyen Âge

Les moines étaient une partie importante du clergé au Moyen Âge. Les moines avaient consacré leur vie à travailler dans des monastères au Moyen Âge. Les moines mettaient des robes brunes avec des capuchons. Ils étaient bien éduqués car une partie de leur travail au monastère consistait à lire la Bible et à la copier car à cette époque il n'y avait pas de presse à imprimer. Les moines consacraient également leur temps à apprendre, lire et écrire le latin. Certaines des encyclopédies les plus anciennes de l'histoire ont été écrites par les moines. Ils écrivaient puis copiaient les encyclopédies et les Bibles à la main.

D'autre part, ce clergé dévoué du Moyen Âge consacrait également sa vie quotidienne à l'adoration de Dieu. Non seulement ils passaient leur temps à l'église, mais ils se sont également immergés dans des séances de prière privées et une lecture approfondie de la Bible et de la méditation. Le moine au Moyen Âge s'acquittait également de nombreuses autres tâches comme la couture, l'enseignement, la préparation de la médecine.

Malgré leur emploi du temps chargé, les moines avaient un emploi du temps qui les aidait dans leurs tâches quotidiennes. Quand quelqu'un voulait être moine, il devait faire trois vœux. Le premier était le vœu de pauvreté, qui signifiait renoncer à tous vos biens. Le deuxième était le vœu de rester célibataire et le troisième vœu était le vœu d'obéissance.

Le clergé au Moyen Âge comprenait également des religieuses. Les nonnes étaient des femmes qui avaient prêté serment de pauvreté, de chasteté et d'obéissance tout comme les moines. Les religieuses se reconnaissaient à ce qu'elles portaient. C'étaient les vêtements qu'ils mettaient sur leur tête. Le rôle le plus important des moniales était de louer Dieu. Chaque religieuse avait un rôle différent dans la communauté, comme l'aumônier faisait l'aumône aux pauvres et soignait les malades.

Les sacristes étaient chargés de prendre soin des bâtiments et de la tenue des livres en toute sécurité. Les autres religieuses étaient chargées de s'occuper des orphelins dans les orphelinats et d'éduquer les enfants, garçons et filles, de la communauté. L'infirmier était la religieuse responsable de l'infirmerie.

Dans l'ensemble, le clergé au Moyen Âge était très important pour les gens, de la noblesse aux paysans afin de les aider, les guider et les soigner, mais aussi pour la génération suivante car ils enregistraient les événements comme étant les seuls capables de lire et d'écrire le latin (langue officielle du Moyen Âge). On the other hand it was also a very wealthy class who was making the most of its influence by using the sins and ignorance of common men in order to make money.


Critiques éditoriales

Revoir

"The Series reflects a variety of occupations, time periods, and global perspectives. The table of contents and index make it easy to locate what you want. There is enough detail for a student to compare workers of today with those in history. Recommended."
-- Library Media Connection , October 2005 (Library Media Connection 20051001)

"From the daily practice of running a monastery to scholars, teachers, farmers and traveling monks, Barter?s book displays a monk?s life as more than isolation and devotion."
-- Children's Bookwatch (November 2004) (Children's Bookwatch 20041101)


Medieval Monks History

History of medieval monks can be traced to early medieval times. In fact, it had started soon after the death of Jesus Christ and after Christianity came to Europe, the practice of monasticism continued to gain popularity.

Saint Anthony the Great, who lived during the third and fourth centuries AD in Egypt, is generally considered the founder of Christian monasticism. During the early medieval times, the practice of monasticism was introduced in Europe and monasteries were built all over the continent.

Medieval Monk with Christian Cross


The Daily Life of Medieval Monks - History

Life in religious communities

eligion was important for people in medieval times and was part of the daily life for many of them. Each village had a church and many monasteries were built all across Europe. Kings, Queen and nobles of the time gave donations to the Church in exchange for blessings and for forgiveness for their wrong-doings. The Church looked after the poor and the sick were taken care of in monasteries. Without books and the ability to read, preachers were the only source of information about God and the scriptures. The insides of churches were not white as we see them today but would have been covered in brightly coloured pictures showing stories from the Bible. It was common for people to choose to dedicate their lives to the Church.

Saint Augustine introduced Christianity into southern England in 597 and he introduced the Benedictine Order to the country. Augustine converted the Pagan king Ethelbert to Christianity. Ethelbert gave Augustine an ancient building in Canterbury which had been a church belonging to earlier British Christians built by King Lucius. Augustine restored and rebuilt sections of the church and it became the centre of Christianity in Britain.

Saint Benedict founded several monasteries in Italy in the early sixth century (A.D. 500 ? A.D. 550) including the monastery at Monte Cassino near Naples. Benedict devised a series of rules that had to be followed by his monks. These rules became known as the Benedictine Order. The rules were easy to follow and were adopted in many other countries as well. The monks had to obey three vows poverty, chastity and obedience. This protected them from the deceits of the World, the lust of the flesh and the snares of the devil. Their day was divided into three parts. The first was devoted to services in the church the second was devoted to work in the cloisters, reading, writing and meditation and the third was devoted to manual labour, to help in the gardens or the infirmary. The Benedictine monks were known as the 'Black Monks' because of the colour of their clothing.

What useful purpose did Abbeys perform?

Abbeys were not just a place of worship. They provided many other purposes that were in great demand in the medieval period.

Important documents, charters and even treasures were held securely within the abbeys and to ensure charters could not be lost of accidentally destroyed, copies were sent to abbeys around the country. Documents were important and could prove ownership of land or prove lineage so that titles could be correctly applied. Kings used these records to show that they were the rightful heirs to the throne of England or Scotland for example.

Abbeys were a place of learning and education. Each would have had a person whose job it was to teach. Nobles would send their children to the abbeys to be educated.

Corrodies were sold by the abbeys and were used by nobles to ensure aging servants or poorer family members would be looked after by an abbey. In return, the abbey would provide the person with food and shelter for the rest of their lives. They could also be given roles within the abbey.

An important role of an abbey was to look after the sick. But it also took in travellers in need of rest and food. Some abbeys took this role so seriously that they struggled to afford the amount of food that travellers required. Kings used the abbeys when they travelled around the country and as they were accompanied by many servants would have imposed greatly on the services the abbeys provided.

The economy of the area surrounding the abbey would have benefitted greatly. Trades of all kinds would have been required for the construction and upkeep of the buildings and lands. Farms would have provided food of all kinds. Fairs and markets would have attracted travellers from far and wide.

Layout of a medieval abbey

Monasteries, abbeys and priories

While most monasteries were constructed in quiet, secluded locations far away from villages and towns where the monks could live without the distractions of everyday life, some were built nearer the centres of civilisation. A good water supply was an important factor for the siting of the buildings both for drinking water and for flushing away waste. Surrounding farm land was also a factor and was used for growing crops and grazing sheep. These could be sold to generate income for running the monastery and the upkeep of the buildings.

Benefactors were also an important source of funds for the monastery. Royalty and wealthy individuals donated money to a monastery in exchange for prayers to be said for them. An example is Hailes Abbey which was founded with money from Richard, Earl of Cornwall, who made a promise to found an abbey during a violent storm at sea if he survived.

Ranks within the Abbey or Monastery

The most important person in the Abbey was the Abbot. The abbot was in overall control of the Abbey and monks within it. Junior to the abbot was the Prior. It was the prior's job to organised the day-to-day running of the abbey. In larger organisations there could be a subprior to assist the prior. Other jobs in the abbey were performed by the chantor (singing), the sacristan (general care of the church and buildings), the hospitaller (looking after guests), the infirmarer (caring for the sick) and the almoner (distributing alms to the poor, in other words seeing to the needs of the poor).

For more information about the roles within a monastery, see Monastic Workers

Then, of course, there were the monks.

By the middle of the eleventh century (1040 to 1060) the monasteries in Britain were in decline. They had been the target of repeated attacks from the Vikings and Danes and many of the buildings lay in ruin. After the Norman Conquest in 1066, William the Conqueror granted large amounts of land to the Church and brought Normans over to rebuild and repopulate the monasteries. New churches were built on the foundations of older monasteries and new Norman Benedictine Abbots took over at the head.

Click image to explore the abbey

Life within the abbey was very orderly and the monks had to follow a strict routine. The monks were woken for the first services at around 1am. The services of Nocturns, Matins and Lauds were performed in the early hours of the morning. After these the monks went back to bed for a few hours sleep. At 7am the monks were awake again for the next services, Prime, Terce and Morrow Mass. After these it was time for breakfast and after they had eaten the monks listened to the lives of martyrs being read and attended to the business needs of the abbey in the Chapter House. At around midday the monks had the main meal of the day. In the afternoon the monks worked in the gardens, tended the animals, looked after the upkeep of the abbey or studied in the cloisters. Between 5pm and 6pm Vespers were performed before supper and then bed at around 7pm or slightly later in the summer months.

Click image to explore the abbey

The Benedictine Order was not the only monastic order followed during the medieval era. Several new Orders were developed from St. Benedictine's.

The Cistercian Order was created by monks from the abbey at Molesme who were unhappy that the abbey had become too rich and the monks there were not following the Benedictine Order's rules closely enough. They built a new monastery at Citeaux and under the direction of Steven Harding and later St. Bernard of Clairvaux the Cistercian Order became one of the most successful monastic orders. When St. Bernard died in 1153 there were over 350 Cistercian abbeys located across Europe.

The Cistercians were also known as the White Monks because they wore white robes.

Each Cistercian abbey sent out small groups of monks consisting of an abbot and 12 monks to fund new monasteries. The monks would live in temporary wooden huts while they built the new church and proper living accommodation. These new abbeys were called daughter houses and a proportion of money they raised was given back to the parent abbey. This ensured the whole chain of Cistercian abbeys was well funded.

UK Cistercian Abbeys Affiliations

The Cluniac Order was founded by a Benedictine called Odo who believed that the strict rule of St. Benedict was not being followed. He founded the abbey of Cluny in 910. In this order the daughter houses were all dependant on Cluny itself for their funds and any money the daughter house received had to be sent back to Cluny. When Cluny started using its funds to increase its own grandeur its daughter houses suffered and popularity of the order began to wane. Monks in this Order dedicated so much time to prayer that they had to employ workers to tend the fields and gardens.

For information about the other monastic order see Religious Orders

A pilgrimage means to travel to and visit a religious shrine or relic. A person on a pilgrimage was known as a pilgrim. Medieval people used pilgrimages to confirm their faith in their religion. The most important pilgrimages for Christians were to visit Jerusalem and Rome but a pilgrimage to shrines in England were also important, such as Canterbury. The pilgrims went to see the shrines of saints or holy relics such as fragments of the True Cross. The True Cross was the cross that Jesus was crucified on and many religious houses claimed to have a fragment of it. Miracles were reported to occur at the shrines of saints. The sick were supposed to have been cured or the blind made to see again. Having a shrine or relic was very important for a church because pilgrims would come and spend their money in and around the church and leave donations.

The cathedrals we have today were monasteries in medieval times. In each area of the country an important church was chosen to be the home of the bishop for that area. The church in which a bishop has his throne is called a cathedral and the area over which the bishop has religious control is called a See. Norwich and Ely Cathedrals were built by the Normans at the time of the Norman Conquest as monasteries and parts of those early buildings still remain today.


Voir la vidéo: La vie des Français au Moyen Âge XIIe - XIIIe siècle (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Taukazahn

    A mon avis, tu fais une erreur. Discutons. Envoyez-moi un e-mail en MP.

  2. Guifi

    Je peux rechercher un lien vers un site avec un grand nombre d'articles sur un sujet qui vous intéresse.

  3. Waydell

    Je vous assure.

  4. Dodinel

    Cela semble faire l'affaire.

  5. Dirck

    Mirka ne fait pas bouillir !!!



Écrire un message