L'histoire

Cuivres


Au cours de l'été 1864, un nombre croissant de politiciens du nord ont commencé à critiquer Abraham Lincoln pour ne pas avoir négocié un accord de paix avec Jefferson Davis. Même d'anciens partisans comme Horace Greeley, rédacteur en chef du Tribune de New York, l'accuse de prolonger la guerre pour satisfaire son ambition personnelle. D'autres à droite, comme Clément Vallandigham, ont affirmé que Lincoln menait une « guerre méchante afin de libérer les esclaves ». Fernando Wood, le maire de New York, a commencé à plaider pour que la ville se sépare de l'Union. Vallandigham et Wood ont uni leurs forces pour former les démocrates de la paix (Copperheads).


Tête de cuivre

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Tête de cuivre, l'un des nombreux serpents non apparentés nommés pour leur couleur de tête rougeâtre. La tête de cuivre nord-américaine Agkistrodon (également orthographié Ancistrodon) contorsion est une espèce venimeuse que l'on trouve dans les régions marécageuses, rocheuses et boisées de l'est et du centre des États-Unis. Également appelé mocassin des hautes terres, il fait partie de la famille des vipères (Viperidae) et appartient à la sous-famille des Crotalinae (vipères à fosse) car il possède la petite fosse sensorielle caractéristique entre chaque œil et chaque narine. Il mesure généralement moins de 1 mètre (3,28 pieds) de long et est un serpent rosâtre ou rougeâtre avec une tête de couleur cuivre et des bandes transversales brun rougeâtre, souvent en forme de sablier, sur le dos. Il prend à la fois des proies à sang froid et à sang chaud et est important dans le contrôle des rongeurs. De nombreuses morsures de serpent ont été signalées, mais le venin de ce serpent est relativement faible et rarement mortel.

La tête de cuivre australienne (Denisonia superbe), un serpent venimeux de la famille des cobras (Elapidae) trouvé en Tasmanie et le long des côtes sud de l'Australie, mesure en moyenne 1,5 mètre de long. Il est généralement cuivré ou brun rougeâtre. Il est dangereux mais n'est pas agressif lorsqu'il est laissé seul. Le Copperhead de l'Inde est un serpent rat, Elaphe radiata.


Comme beaucoup d'autres serpents, les Copperheads ont également des écailles sur leur corps. Le « motif dorsal », où chaque écaille a la forme d'un sablier, changeant de couleur des nuances de brun foncé et rouge sur le dessus, et des couleurs plus claires-rosé sur le dos. Ces écailles sont généralement plus importantes sur chacun des les côtés du serpent, et ils deviennent plus étroits à mesure qu'ils se rapprochent du centre ou de l'extrémité du serpent.

De nombreux autres serpents qui ne sont pas venimeux ont un motif très similaire, mais rappelez-vous que Copperhead est le seul serpent à avoir des écailles en forme de sablier ! La tête d'un serpent Copperhead adulte, cependant, n'a pas les mêmes ornements écaillés.

Jusqu'à ce qu'ils atteignent le stade adulte, les motifs corporels des jeunes nouveau-nés Copperhead sont plus gris que tout le reste, et le haut de leur queue est dans des tons jaunes ou verts très vifs.


Tête de cuivre de l'Est

Le Copperhead oriental adulte moyen mesure 22 à 36 pouces de long (56 à 91 cm) de longueur totale. Ce serpent est corsé avec un motif de sablier distinctif composé de larges bandes croisées marron clair et marron foncé. La coloration des juvéniles est similaire à celle des adultes, sauf que le bout de la queue des têtes cuivrées nouveau-nés est jaune soufre vif. Voir ci-dessous pour une description plus détaillée de cette espèce.

Copperhead de l'Est. Photo gracieuseté de bobbyfingers/iNaturalist

Gamme en Floride

En Floride, les têtes cuivrées ne se produisent que dans le Panhandle, principalement dans la pointe ouest et le long de la rivière Apalachicola et de ses affluents. La collection d'herpétologie du Florida Museum contient des enregistrements vérifiés des comtés de Calhoun, Escambia, Gadsden, Jackson, Liberty, Okaloosa et Santa Rosa. L'aire de répartition peut s'étendre à d'autres zones voisines, mais il n'y a pas d'enregistrements confirmés dans d'autres comtés de Floride.

Évaluation des risques pour les personnes et les animaux domestiques

VENIMEUX. Les morsures de Copperhead sont extrêmement douloureuses mais rarement mortelles pour les adultes en bonne santé et pour la plupart des animaux de compagnie de grande ou moyenne taille. Les morsures peuvent être dangereuses pour les enfants, les personnes âgées en mauvaise santé et les petits animaux de compagnie. Comme pour toutes les morsures de serpent venimeuses, la victime doit consulter immédiatement un médecin ou un hôpital expérimenté dans le traitement des morsures de serpent. Les têtes de cuivre ne sont pas agressives et évitent le contact direct avec les personnes et les animaux domestiques. La plupart des morsures se produisent lorsque les serpents sont intentionnellement molestés ou piétinés accidentellement.

Comparaison avec d'autres espèces

Si vous trouvez un serpent de cette description en Floride à l'extérieur de la vallée de la rivière Apalachicola ou de l'extrémité ouest de la Panhandle, il y a de fortes chances que vous ayez plutôt trouvé un jeune Cottonmouth ou un serpent d'eau non venimeux. Dans l'aire de répartition du Copperhead en Floride, il existe trois espèces de serpents qui peuvent se ressembler.

Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Todd Pierson.

Couleuvre d'eau du sud (Nerodia fasciata fasciata) Non venimeux Le motif de bandes est très variable, mais les juvéniles ont généralement des bandes transversales alternées de brun foncé et de brun clair sur toute la longueur du corps qui sont plus foncées, plus étroites et beaucoup plus nombreuses que celles de la tête cuivrée. Les bandes plus foncées peuvent être bordées de noir. Une bande sombre va des yeux au coin de la bouche et les pupilles sont rondes. Les côtés du visage ont des lignes verticales sombres près de la bouche, alors que la tête de cuivre n'a pas de telles lignes. Les grands adultes sont généralement uniformément brun foncé ou noir avec seulement un motif obscur visible dans certains.

Cottonmouth de Floride (Agkistrodon conanti) Venimeux Les bandes transversales sombres sur le corps des jeunes cotonniers présentent de nombreuses taches sombres et mouchetures, tandis que les bandes transversales sombres sur les têtes cuivrées n'ont pas de taches sombres ou au plus une seule. Les cotonniers de Floride adultes sont généralement uniformément sombres avec très peu de motifs discernables. L'œil du Copperhead n'est pas masqué par la bande faciale sombre typique du Cottonmouth.

Couleuvre d'eau des Midlands (Nerodia sipedon pleuralis) Non venimeux Les bandes croisées alternées brun foncé et brun clair sont plus foncées, plus étroites et beaucoup plus nombreuses que celles de la tête cuivrée. Le motif de bandes se transforme en taches alternées à mi-hauteur du corps. Les pupilles sont rondes. Les côtés du visage ont des lignes verticales sombres près de la bouche, alors que le Copperhead n'a pas de telles lignes sur le visage. Les grands adultes sont généralement uniformément brun foncé ou noir avec seulement un motif obscur visible dans certains.

Description détaillée

Le Copperhead oriental adulte moyen mesure 22 à 36 pouces de long (56 à 91 cm), avec une longueur record de 53 pouces (135 cm). C'est une vipère au corps robuste avec de larges bandes croisées brun clair à grises, alternant avec des bandes croisées brun foncé à brun rougeâtre. Les constrictions du motif le long de la colonne vertébrale donnent aux bandes sombres une forme de sablier distinctive. Les bandes sombres sur les côtés du corps ont généralement des centres clairs et parfois une tache sombre. Les têtes de cuivre ont parfois une teinte rosâtre globale. Les écailles dorsales du corps sont carénées (chaque écaille a une crête surélevée proéminente). Le sommet de la tête entre les yeux est recouvert de grandes écailles en forme de plaque. La pupille est verticalement elliptique (comme un chat). Il y a un organe facial profond situé entre la narine et l'œil. La coloration des juvéniles est similaire à celle des adultes, sauf que le bout de la queue des têtes de cuivre nouveau-nées est de couleur jaune soufre vif. La langue est généralement rouge orangé avec des dents blanches (pointes).

Habitat

Les habitats préférés de la tête de cuivre de l'est en Floride sont les forêts de pins et de feuillus des hautes terres avec une abondante litière de feuilles et les forêts adjacentes aux zones basses et humides bordant les marécages, les lits de ruisseaux, les fonds de rivière et les ravins humides. De grosses bûches et des tas de débris et de roches sont souvent utilisés comme abris. Cette espèce se rencontre occasionnellement dans les quartiers suburbains où le développement empiète sur les habitats favorables.

Comportement défensif

Pour la défense, le Copperhead de l'Est s'appuie fortement sur un superbe camouflage et des habitudes nocturnes pour éviter d'être détecté. Lorsqu'ils ont peur, ces serpents restent souvent immobiles et élargissent leurs côtes de sorte que leur corps semble aplati contre le sol. S'ils sont davantage provoqués, ces serpents peuvent libérer du musc nauséabond des glandes situées à la base de la queue et faire vibrer rapidement le bout de la queue pour produire un bourdonnement. Cependant, ce ne sont pas des serpents à sonnettes. La frappe n'est utilisée en défense qu'en dernier recours. Contrairement au folklore, ni ces serpents ni leur musc ne sentent le concombre.

Régime et comportement alimentaire

Les têtes cuivrées adultes se nourrissent principalement de proies vertébrées, en particulier de petits mammifères. Les juvéniles se nourrissent plus d'insectes, de grenouilles, de salamandres et de petits reptiles. Les têtes de cuivre juvéniles ont une pointe de queue jaune soufre brillante, qu'elles élèvent et se tortillent comme une chenille pour attirer les proies à portée de main. Cette couleur jaune s'estompe et le comportement de leurre caudal cesse généralement après environ un an, ce qui est probable lorsque leur régime alimentaire commence à s'orienter davantage vers les petits mammifères.

La reproduction

Les femelles donnent généralement naissance à environ 4 à 8 jeunes vivants entre juillet et octobre. Les mâles en compétition s'engagent dans des danses de combat lorsqu'ils traînent les femelles pendant la saison de reproduction.

Commentaires

La forme de la tête n'est pas un moyen fiable d'identifier les têtes de cuivre. Les têtes de cuivre ont généralement une tête triangulaire et distincte du cou, alors que la plupart des serpents non venimeux de Floride ont des têtes plus petites et plus étroites. Cependant, de nombreux serpents non venimeux aplatissent et élargissent généralement leur tête pour apparaître plus large et triangulaire en tant que comportement défensif. Il n'est pas clair si ce comportement est dû au mimétisme, mais cela rend la forme de la tête peu fiable à des fins d'identification.

Comtés de Floride avec des records confirmés

Calhoun, Escambia, Gadsden, Jackson, Liberty, Okaloosa, Santa Rosa

Si vous avez une observation nouvelle ou intéressante pour cette espèce, veuillez envoyer un e-mail au personnel d'herpétologie du Florida Museum.

Références et lectures complémentaires

Ernst, C.H. et E.M. Ernst. 2003. Serpents des États-Unis et du Canada. Smithsonian Institution Press, Washington, DC. 668 p.

Fitch, H.S. 1960. Autécologie du Copperhead. Publications de l'Université du Kansas, Musée d'histoire naturelle 13(4) : 85-288.

Krysko, K.L., K.M. Enge et P.E. Moler. 2019. Amphibiens et reptiles de Floride. University of Florida Press, Gainesville, Floride. 706 p.

Powell, R., R. Conant et J.T. Collins. 2016. Peterson Field Guide to Reptiles and Amphibians of Eastern and Central North America. Quatrième édition. Houghton Mifflin Harcourt Publishing Company, Boston et New York. xiv + 494 p.

Partagez vos observations

Vous pouvez aider les scientifiques à mieux comprendre la biologie et la répartition de cette espèce en partageant vos observations. Envoyez des photos ou des vidéos d'observations intéressantes, ainsi que des informations associées, en envoyant un courrier électronique au personnel d'herpétologie du Florida Museum pour une documentation dans la base de données principale d'herpétologie du musée. Vous pouvez également publier vos observations sur iNaturalist.

Informations supplémentaires utiles

Vous avez encore des questions sur les serpents ou les identifications ? N'hésitez pas à envoyer un e-mail au personnel d'herpétologie du Florida Museum avec vos questions ou vos commentaires sur ce profil.

Veuillez créditer tous les photographes sur la page et consulter notre politique de droits d'auteur.


Les têtes de cuivre

Les Copperheads ont une histoire de plus de 40 ans d'aide aux organisations caritatives de la région de Tampa Bay par le biais du golf professionnel.

Notre première compétition professionnelle par équipes mixtes a eu lieu en 1977, et depuis 2000, nous sommes un événement complet du PGA TOUR. Lors de notre tournoi à l'automne, Vijay Singh, Retief Goosen (deux fois) et K.J. Choi (deux fois) faisait partie de nos gagnants. Depuis qu'ils ont rejoint le Florida Swing au printemps 2007, Mark Calcavecchia, Sean O’Hair, Retief Goosen, Jim Furyk, Gary Woodland, Kevin Streelman, Luke Donald, John Senden, Jordan Spieth, Charl Schwartzel, Adam Hadwin et Paul Casey ont triomphé. .

Au cours de notre histoire de plus de 40 ans, de nombreuses grandes stars du golf masculin et féminin sont apparues dans nos événements - Arnold Palmer, Annika Sorenstam, Davis Love III, Tiger Woods, Beth Daniel, Curtis Strange, Ernie Els , Justin Leonard, Jose Maria Olazabal, Nancy Lopez, Phil Mickelson et bien d'autres.

Les membres de The Copperheads sont des chefs d'entreprise et de la communauté de la région de Tampa Bay avec une double raison d'exister. L'une consiste à offrir aux amateurs de golf de la région un tournoi de golf professionnel de première classe et l'autre consiste à amasser des fonds pour les organismes de bienfaisance de la région. Depuis 1977, nous avons pu générer plus de 45 millions de dollars pour des œuvres caritatives locales. Plus de 80 organisations caritatives de la région de Tampa Bay participent activement au championnat Valspar par le biais de Birdies for Tampa Bay Charities. Il s'agit d'un programme de collecte de fonds de base conçu pour donner à toutes les organisations caritatives 501(c)(3) l'opportunité de collecter des fonds pour leurs organisations en fonction du nombre de « birdies » réalisés par les participants pendant le tournoi.

Rien de tout cela ne serait possible sans les efforts de notre excellent personnel du tournoi, de nos membres Copperheads et de leur conseil d'administration, de nos 2 000 bénévoles et de notre communauté d'amateurs de golf qui soutiennent l'événement par le biais de commandites et de ventes de billets.


L'affaire du Copperhead

Avant 1915, les couteaux Case ont commencé à fabriquer le Copperhead. Étaient-ils les premiers, je ne peux pas vous le dire, mais il va sans dire que le design a fait le tour du bloc. Se distinguant par une mitre à extrémité de poche qui est « bosse » pour fournir la poche du propriétaire de la soie tranchante, le couteau Copperhead est parfois appelé le « couteau du Vietnam » ou le « couteau du Vietnam » sans doute parce qu'il était populaire auprès des militaires de cet instant. Un couteau pratique qui n'userait pas les vêtements militaires déjà confrontés aux rigueurs de la guerre dans la jungle (et un système de réapprovisionnement qui n'était pas exactement célébré par les troupes). ouais, inscrivez-moi pour un. Ils étaient facilement disponibles dans le PX, et les soldats étaient heureux de les ajouter à leur équipement.

Le couteau comporterait « généralement » une lame principale à pointe clip et une lame de stylo secondaire. Je dis "le ferait" et je mets "typiquement" entre guillemets parce que le Copperhead représente aujourd'hui une grande diversité de conception. Mes variantes AG Russell War Eagle Blades comportent une lame principale à pointe clip, mais la lame secondaire est une lame skinner de longueur assez égale. Je trouve les deux lames très utiles.

D'autres modèles « Copperhead » comportent une seule lame, des lames Wharncliffe, des versions « mini » avec des lames à chaque extrémité, le Copperlock, qui comprend le traversin Copperhead dans un design verrouillable avec une seule lame à pointe clip, et l'excellent 41L de Queen avec un linerlock et un acier D2. Ce ne sont là que quelques-uns des modèles Copperhead disponibles pour les amateurs de couteaux.

Quand mon père est décédé, le Copperhead était le couteau qu'il avait dans sa poche. Inutile de dire que la nostalgie peut jouer un rôle important dans le choix des couteaux pour ceux qui sont attirés par les conceptions de couteaux traditionnels. J'ai acheté une Case Copperhead à transporter en son honneur, et j'ai trouvé que c'était une lame pratique à avoir avec elle. La mouture de mon modèle particulier se prête à une variété de tâches de coupe et elle est à la fois "slicy" mais capable de gérer les tâches plus difficiles que je lui lance. La lame de stylo fait l'une des meilleures lames de travail de taille et de détail que j'ai jamais eues et clone étroitement les capacités de ma lame de stylo préférée. la plus petite lame de mon Victorinox Huntsman.

Le couteau tient bien dans la poche et s'intègre parfaitement dans mon étui qui permet de s'asseoir à portée de main sur ma hanche droite. Je ne suis pas le plus grand fan des couteaux modernes, ni des clips de poche donc cette configuration me permet de travailler en extérieur et d'accéder rapidement sans compromis.

Comme je l'ai déjà dit, je suis assez un amateur de plein air, mais dans un couteau, je regarde aussi fortement une lame qui me sert bien dans la cuisine. Que ce soit pour couper des légumes, couper des fruits, de la viande ou simplement trancher un steak et du poulet, je préfère souvent NE PAS utiliser de vrais couteaux de cuisine. En même temps, je veux m'assurer que le couteau que j'utilise n'est pas si fin et délicat qu'il soit inutile pour le taille, les tâches de coupe lourdes, le jeu de dressage ou tout autre nombre d'autres tâches. Polyvalent est le nom du jeu pour moi.

Pour ceux qui cherchent à ajouter un autre couteau traditionnel utile à leur collection, en particulier celui qui peut gérer des tâches de coupe sérieuses, le Copperhead et ses cousins ​​valent le détour.

Comme toujours, j'ai hâte d'entendre les autres parler de leurs réflexions et de leurs expériences avec le Copperhead. Gardez-les bien aiguisés et continuez à couper !

Mes couteaux CopperheadCopperlock :
Haut avant dans le sens des aiguilles d'une montre - Case Copperhead, Queen 41L, Harley Davidson Copperlock en G10, Case Copperlock avec lame Wharncliffe, AG Russell War Eagle Blade Copperhead en os rouge, AG Russell War Eagle Blade Copperhead en Yellow Delrin, Case Copperlock USMC, Case Mini Copperlock, Coffret Harley Davidson Copperlock


Tout sur les couteaux de poche

Niveau Bronze msteele6
Des postes: 1897 A rejoint : mar. 19 juin 2007 20:29 Emplacement: Houston, TX

Re: Copperhead

Publier par msteele6 » dim. 18 déc. 2016 17:43

Re: Copperhead

Publier par Tsar Bomba » dim. 18 déc. 2016 20:20

Tout va mieux avec un Barlow

Niveau Or RalphAlsip
Des postes: 2266 A rejoint : dim 02 févr. 2014 21:01 Emplacement: Sud de l'Illinois

Re: Copperhead

Publier par RalphAlsip » dim. 18 déc. 2016 21:14 pm

Côté tranchant, j'aime le Case Copperlock comme un couteau EDC confortable et utile. Il s'agit d'un couteau à lame unique qui est livré avec une lame clip ou une lame wharncliff. Il existe une version mini (3 5/8) et une version régulière (4 1/4). Il a un profil très mince et une mitre en cuivre qui couvre le bord de la soie. Il est disponible dans une grande variété de matériaux de poignée.

Canal Street a fabriqué un couteau appelé Cannitler qui pourrait également vous intéresser. Il a 3 lames (lance, spey, mouton) dans un cadre en forme de canoë. Ceux-ci sont un peu difficiles à localiser depuis la fermeture de Canal Street. J'aime porter ce couteau.

Dans les images ci-dessous, vous verrez que la soie du Copperlock est complètement recouverte par le traversin. Sur le cannitler, la soie pointe légèrement au-dessus de la mitre. Si vous vous amusez avec des trucs dans vos poches, vous le remarquerez, mais je doute que ce soit un grave problème d'usure et de déchirure pour les poches de vos pantalons.


Têtes de cuivre - Histoire



Delores Archaimbault et
Terry A. Barnhart

C opperhead était une épithète péjorative appliquée aux membres du Nord du parti démocrate, également connus sous le nom de démocrates de la paix, qui critiquaient l'administration présidentielle d'Abraham Lincoln pour sa politique de guerre et qui cherchaient un armistice avec la Confédération. Un groupe vaguement affilié, les Copperheads ont exprimé leurs points de vue sur la guerre dans la presse, lors de conventions politiques et dans les législatures des États. Leurs opinions ont touché une corde sensible parmi les démocrates partageant les mêmes idées dans l'Illinois, l'Indiana et l'Ohio entre 1862 et 1864, tandis que leurs adversaires républicains considéraient leurs idées et leurs actions présumées comme rien de moins que de la trahison. Tous ceux connus sous le nom de Copperheads n'ont pas soutenu la doctrine de la sécession, mais en tant que groupe, ils ont trouvé une cause commune dans leurs objections aux actions de l'administration Lincoln.

Il est trop facile de généraliser et de simplifier à l'excès lorsque l'on discute de l'origine, des croyances et des motivations des Copperheads. La dérivation du nom Copperhead lui-même est incertaine. Certains auteurs pensent qu'il fait référence au serpent à tête de cuivre, tandis que d'autres l'attribuent aux boutons découpés dans des pièces de cuivre représentant la déesse de la liberté qui étaient portés par de nombreux démocrates de la paix. Il peut également avoir été associé aux serpents à tête de cuivre de Caroline du Sud, le foyer des droits et de la sécession des États militants. En tout cas, les Copperheads étaient uniformément décrits dans les journaux du Nord comme des serpents Copperhead qui voulaient faire la paix avec la Confédération à n'importe quel prix et à n'importe quelles conditions.

Mais les opinions et les objectifs de Copperhead étaient souvent très différents de ceux que leur attribuaient les politiciens et les journaux républicains. Pourtant, il est peu question de savoir pourquoi ils se sont opposés si agressivement à la guerre.


L'opposition à la guerre dans certaines régions de l'Illinois a surgi à cause de la détérioration des conditions économiques. La perte des marchés du Sud et la fermeture du fleuve Mississippi en 1861 ont fait baisser les prix des céréales, et une panique bancaire s'est produite parmi les banques du Midwest qui ont basé leur papier-monnaie sur des obligations du Sud. Seules 17 des 112 banques de l'Illinois ont survécu à la création de la Confédération. Le ralentissement économique de l'agriculture et de la banque a également entraîné une récession commerciale, qui a augmenté le nombre de ceux qui s'opposaient à la guerre et critiquaient l'administration Lincoln. La "Législature de Copperhead" de l'Illinois de 1863 en est un bon exemple. Une grande partie du mécontentement exprimé dans la législature de l'Illinois de 1863 était centrée sur les griefs économiques contre les chemins de fer et les exploitants de silos à grains, anticipant les préoccupations agraires qui ont émergé comme le mouvement Grange des années 1870. Face aux difficultés économiques, s'opposer à la guerre pour certains Illinois était moins une question de déloyauté qu'une question de pain et de beurre.

Cependant, les problèmes économiques n'étaient pas la seule source de mécontentement. Les différences politiques existantes et l'esprit partisan dans l'Illinois ont été considérablement exacerbés par la guerre civile. Les Illinoisiens n'étaient pas d'accord sur la façon dont la guerre devait être menée, et il n'y avait pas non plus de consensus dans tous les milieux pour savoir si elle pouvait ou devait être gagnée. Ces différences sont devenues manifestes lorsque les délégués ont convoqué la Convention constitutionnelle de l'Illinois de 1862. Les partisans d'une nouvelle constitution d'État ont fait valoir que la Constitution de 1848 n'était plus adéquate pour un État dont la population avait doublé en 1860 et qui payait ses fonctionnaires à des taux qui n'étaient plus considérés. adéquat. La convention proposée avait été approuvée par les électeurs en 1860 et les délégués ont été élus l'année suivante.

Les démocrates contrôlaient la convention et ont choisi de rédiger un document partisan. Avec Samuel Buckmaster présidant la convention, les démocrates ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour


s'opposer au parti républicain et au gouverneur Richard Yates. Les délégués démocrates ont mené des enquêtes sur les nominations et les achats de l'armée dans le but d'embarrasser Yates, ont tenté de dépouiller le gouverneur de l'autorité militaire, ont proposé de réduire son mandat de quatre ans à deux ans, et sans vergogne gerrymander les limites des districts législatifs et du Congrès de l'État dans leur favoriser. La nature ouvertement partisane des actions et des opinions des délégués lors de la convention a condamné la soi-disant « Constitution de Copperhead » de 1862. Les électeurs de l'Illinois ont rejeté la constitution proposée lors d'une élection spéciale en juin par une marge de 24 515 voix.

De nombreux démocrates présents à la convention constitutionnelle de l'Illinois ont été accusés par les républicains d'être membres des Chevaliers du cercle d'or, une société politique secrète qui aurait conspiré contre l'Union. Joseph K. C. Forrest, correspondant à Springfield du Chicago Tribune quotidienne et un copain républicain du gouverneur Yates, a porté l'accusation dans le but de discréditer les critiques démocrates du gouverneur. Les Tribune même suggéré que la trahison pourrait être en cours. Les délégués démocrates à la convention ont catégoriquement nié les accusations. Un comité bipartite spécial a été nommé pour enquêter sur la question. Le comité n'a trouvé aucune preuve de l'existence du Cercle d'Or dans l'Illinois. Forrest a admis que son histoire était basée sur des rumeurs et des rapports non fondés. Néanmoins, des rumeurs sur les Chevaliers du Cercle d'Or ont continué à circuler dans les journaux républicains, qui tentaient de lier le groupe à la "Constitution de Copperhead".

La lutte politique entre les démocrates et les républicains de l'Illinois s'est poursuivie au cours de la campagne électorale d'automne 1862. La montée du sentiment anti-administration dans l'Illinois a envoyé une majorité démocrate à la législature de l'État en 1863. C'était l'Illinois' soi-disant "Copperhead Législature." Gouverneur Yates et l'administration Lincoln a été contestée sur presque tous les fronts par la nouvelle législature démocrate. La Chambre des représentants a proposé que toutes les dépenses pour l'effort de guerre et la nomination des officiers soient affectées à une commission de trois membres. La Chambre a également diffusé une liste de griefs contre le président et le gouverneur et a présenté les noms d'éminents démocrates de la paix pour servir de cinq des six commissaires de l'Illinois à une convention de paix proposée à Louisville, Kentucky. Seule la mort d'un sénateur démocrate (les démocrates détenaient une faible majorité de 13 à 12 sur les républicains au Sénat) a empêché le Sénat de prendre des mesures similaires.

Les tensions étaient vives des deux côtés de l'allée pendant la majeure partie de 1863 avant que le gouverneur Yates ne dissout la législature sur un détail technique. La Constitution de l'Illinois autorisait le gouverneur à proroger la législature si les deux chambres ne pouvaient s'entendre sur l'ajournement. Ainsi se termina la « Législature de Copperhead » de l'Illinois de 1863, non sans protestation, mais sans recours efficace contre l'action audacieuse du gouverneur. Les démocrates bloqués semblaient également impuissants à réfuter les nouvelles accusations concernant les illusoires Chevaliers du Cercle d'Or. Chicago Tribune quotidienne le correspondant Forrest a relié la législature contrôlée par les démocrates au cercle d'or comme il l'avait fait avec la convention constitutionnelle de l'État de l'année précédente. Forrest a rapporté que la société secrète préparait la création d'une "confédération du Nord-Ouest" et espérait chasser Lincoln de ses fonctions. Les Registre de l'État de l'Illinois à Springfield, un journal démocrate en était l'organe officiel. Cette accusation a été rapidement démentie par le rédacteur en chef du journal. Ce ne serait pas la dernière fois que des allégations non fondées sur les activités des sociétés secrètes de Copperhead feraient leur apparition dans l'Illinois, l'Indiana et l'Ohio.

Malgré ces revers politiques, les démocrates de la paix de l'Illinois ont continué à s'opposer aux politiques du gouvernement concernant la guerre. Lors d'un grand rassemblement tenu au Camp Yates à l'extérieur de Springfield en 1863, les démocrates de la paix ont renouvelé leur appel à la paix sans victoire. Parmi eux se trouvaient certains des citoyens les plus éminents de l'État, y compris des civils qui avaient été libérés des prisons militaires de l'Union. Les personnes présentes ont affirmé leur loyauté à la Constitution fédérale en temps de paix et de guerre, se sont engagées à faire respecter la loi et ont carrément accusé l'administration Lincoln de saper la Déclaration des droits. Ils ont demandé le retour de l'ancien membre du Congrès de l'Ohio, Clement Laird Vallandigham, que Lincoln avait arrêté et banni dans la Confédération pour avoir exprimé publiquement des opinions favorables à la cause du Sud. Ils ont également exprimé leur indignation face à l'arrestation de William H. Carlin, fils d'un ancien gouverneur de l'Illinois, qui a dénoncé le recours par le gouvernement à la loi martiale dans certaines régions du Nord, et condamné

La prorogation par le gouverneur Yates de la législature de l'État comme étant inconstitutionnelle. Les orateurs à cette occasion ont également rejeté la légitimité de la sécession, réfutant ainsi l'accusation selon laquelle tous les démocrates de la paix ou les Copperheads étaient des sécessionnistes dans l'âme. Ils ont souhaité une restauration pacifique du Sud à l'Union et ont appelé à une conférence nationale de paix à cette fin. Les soldats qui avaient servi la cause de l'Union pouvaient être fiers de leur service, mais la guerre devait se terminer avant la victoire.

Ce que tant de démocrates du Nord ont qualifié de désordre et d'anarchie, c'était l'arrestation arbitraire et le jugement de civils par les autorités militaires. Le conflit entre les tribunaux civils et les tribunaux militaires a également eu lieu dans l'Illinois. Le juge de circonscription Charles H. Constable de Mount Carmel, un démocrate, a libéré quatre déserteurs qui avaient été arrêtés par des sergents de l'armée agissant sur les ordres du colonel Henry H. Carrington, commandant du district militaire de l'Indiana. L'agent a fait valoir que l'armée n'avait pas le pouvoir d'arrêter les déserteurs de l'Indiana dans l'État souverain de l'Illinois. Indigné par l'action du juge, Carrington mena un détachement de cavalerie de l'Indiana à Marshall, dans l'Illinois, en mars 1863. Là, il arrêta le juge Constable, qui jugeait alors les deux sergents de l'armée pour enlèvement. Un juge fédéral a ordonné la libération de Constable au motif que la cavalerie de Carrington n'avait pas le pouvoir de chasser les déserteurs en dehors de l'Indiana, confirmant ainsi l'opinion antérieure de Constable. Les actions de l'agent dans cet incident et sa libération subséquente de l'établissement fédéral étaient en quelque sorte une cause célébrité parmi les démocrates de la paix de l'Illinois.



La désertion de l'armée de l'Union et les tentatives de capture de déserteurs sont également devenues une source de dissension sur le front intérieur de l'Illinois. Les opposants à la guerre encourageaient souvent la désertion, tandis que les efforts de l'armée pour arrêter les déserteurs dans le sud de l'Illinois se heurtaient parfois à une résistance civile. Les déserteurs étaient cachés et des foules armées saluaient souvent leurs ravisseurs potentiels. L'enrôlement obligatoire en vertu de la Conscription Act de 1863 était extrêmement impopulaire à Charleston, Jacksonville et Vandalia. Une foule armée a conduit des officiers de l'Union chargés de l'enrôlement de diverses parties du comté de Fulton pour protester contre la loi sur la conscription. Les officiers ont en fait été attaqués et au moins deux coups de feu mortels ont été signalés. Une autre foule à Olney a menacé de brûler la ville si les listes d'inscription locales n'étaient pas rendues. Dans le comté d'Union, une bande de guérilla a agressé des syndicalistes et détruit leurs biens. Les sympathisants confédérés du sud de l'Illinois pratiquaient parfois des tactiques d'intimidation, battant et tirant sur ceux qui soutenaient l'effort de guerre de l'Union. Un tel vigilantisme était pratiqué par les deux parties. Un régiment composé en grande partie de soldats du sud de l'Illinois a été arrêté et placé sous garde à Holly Springs, Mississippi, en mars 1863 parce que beaucoup avaient déserté et que le reste fraternisait avec l'ennemi. On a estimé qu'en cinq mois, huit cents déserteurs ont été arrêtés dans les comtés de Perry, Saline, Jackson et Williamson et deux mille pour l'ensemble de l'Illinois. De telles désertions et troubles civils indiquent clairement l'impopularité de la guerre dans certaines parties de l'État.

La proclamation d'émancipation était particulièrement impopulaire dans certaines régions de l'Illinois. Très peu d'Illinois s'étaient enrôlés dans l'armée en 1861 pour mettre fin à l'esclavage. Le conflit a ostensiblement commencé comme une guerre pour sauver l'Union, même si la question de l'esclavage a jeté une ombre sur la décennie de crises menant à la sécession et au conflit. Nouvelles des préliminaires

La proclamation d'émancipation en septembre 1862 a été reçue avec des hostilités dans plusieurs sections du Nord et dans certains quartiers de l'armée de l'Union. Les troupes de l'Union de l'ouest et du sud de l'Illinois étaient parmi elles, reflétant les attitudes envers l'esclavage et les Afro-Américains qui ont été transplantés dans ces régions par la migration des Carolines, du Tennessee et du Kentucky. Il ne faut pas oublier qu'en 1818, de nombreux Illinois étaient en faveur de l'abrogation de l'ordonnance du Nord-Ouest de 1787 interdisant l'esclavage dans le Territoire du Nord-Ouest et ses futurs États. Bien que le mouvement pour introduire l'esclavage dans l'Illinois ait échoué, les origines culturelles des Illinoisans ont continué à conditionner leurs attitudes sur les questions de race. L'esclavage était aussi odieux pour la plupart des Illinois que pour les autres résidents du « Nord-Ouest libre », pourtant il y avait des communautés où l'opinion majoritaire allait dans l'autre sens.

De nombreux Illinoisiens n'étaient pas prêts à accorder aux Afro-Américains, qu'ils soient esclaves ou libres, des droits égaux en vertu de la loi. Copperheads n'avait aucun désir d'étendre les avantages de la citoyenneté américaine aux Afro-Américains dans leur préoccupation d'exclusion sur la Constitution et la Déclaration des droits. In denouncing the Emancipation Proclamation, for example, they uttered racist attitudes that would continue to trouble race relations in the Midwest for years to come. Abolitionists were sometimes more detested than slaveholders.

Opposition to the proclamation was also present in Coles County and in northwestern Illinois, although by no means were people in those areas of one mind. Anti-emancipation sentiments were more common in some Illinois counties than in others, and often opinions differed within a given county. The views of individuals in a particular locality largely correlated with the sources of migration to those areas. Those of Southern extraction were more likely to oppose emancipation, while those from New England tended to be for it. Copperhead activity in McDonough County, for example, was significant after 1863, but comparatively insignificant in neighboring Warren County. Similarly, a company within the 34th Illinois Regiment recruited from Randolph County in southern Illinois was anti-Lincoln. Other companies of the 34th, however, supported Lincoln and the Emancipation Proclamation. Clearly, Illinois was a house divided on the issue of slavery. On balance, more Illinoisans favored emancipation than opposed it.

Attitudes toward the South and suspected Southern sympathizers hardened in 1864, when the prospect of a Union victory was clearly in sight. Soldiers on leave often demonstrated intolerance and outright enmity toward those suspected of being sympathetic to the Confederacy or critical of the government. Violence erupted in 1864 at Charleston, Illinois, a center of Copperhead sentiment. Six soldiers and three civilians were killed another four soldiers and eight civilians were wounded in a riot on the courthouse square. Violence subsided when a detachment of federal troops arrived from Mattoon. Fifteen Copperheads were subsequently arrested, and all were turned over to civilian authorities by Lincoln's order. Two of the prisoners went to trial and were acquitted. The Charleston Riot, however, appears to have resulted more from personal animosities, taunting, and too much corn whiskey than from a deliberate conspiracy


or a spontaneous outbreak over strictly defined issues. Several indictments for murder were later issued, but no convictions were ever handed down. The trials could have been continued for years, but most Illinoisans, like Americans as a whole, were anxious to put the war behind them as quickly as possible after Appomattox.

Meanwhile, rumors about Copperhead conspiracies were again making the rounds. Governor Richard Yates, seeking re-election in 1864, resumed his collaboration with the Springfield correspondent of the Chicago Tribune in spreading those tales in an attempt to further discredit his Democratic opponents. The result was the "Camp Douglas Conspiracy," which asserted that Copperheads were planning to liberate 8,000 Confederate prisoners incarcerated at Camp Douglas near Chicago. Chicago was to be sacked and burned, the war carried to other Midwestern cities, and a Northwest Confederacy created. When rumors spread that Governor Yates was arming Union Leagues, Charles Walsh, an Irish-American Democrat implicated in the alleged Chicago conspiracy, began to gather muskets and revolvers in order to protect the polls. Walsh was arrested, the arms in his basement confiscated, and the existence of the "Camp Douglas Conspiracy" exposed in the Chicago Daily Tribune. Walsh and seven of his supposed cohorts were sent to Cincinnati, tried for treason by a military tribunal, found guilty, and sentenced to five years in prison but with the recommendation that Walsh be pardoned.

Historians have been divided in their treatments of the Copperheads. Some have portrayed the Copperheads as willful obstructionists and conspirators, much as their detractors had during the Civil War. Other investigators, by contrast, see them as conservative and highly partisan dissenters whose often misguided actions fell short of treason. The thrust of recent scholarship supports the latter interpretation. Whatever the verdict on the Copperheads, the controversies that swirled about them defined the limits of dissent in the North during the Civil War. The larger questions they raised about the protection of civil liberties during times of civil strife, the relationship between rights and responsibilities, and the meaning of the United States Constitution are still of interest to historians and legal scholars. The history of the Illinois Copperheads is also a vivid reminder to all of the passion and intolerance that occurred in that crisis and the personal consequences of taking a stand.


Historiography

Two central questions have run through the historiography of the Copperheads: how serious a threat did they pose to the Union war effort and hence to the nation's survival? And to what extent and with what justification did the Lincoln administration and other Republican officials violate civil liberties to contain the perceived menace? [6] Neither question can be conclusively answered, as the Copperheads often operated secretly, and there were no public-opinion polls in the 1860s.

The first book-length scholarly treatment of the Copperheads appeared in 1942, shortly after the bombing of Pearl Harbor. Dans The Hidden Civil War, Wood Gray decried the "defeatism" of the Copperheads he argued they deliberately served the Confederacy's war aims. Also in 1942, George Fort Milton published Abraham Lincoln and the Fifth Column, which likewise condemned the traitorous Copperheads and praised Lincoln as a model defender of democracy.

The chief revisionist historians, who generally favor the Copperheads, are Frank L. Klement, who devoted most of his career to debunking the idea that the Copperheads represented any real danger, and Richard O. Curry. Klement and Curry have downplayed the treasonable activities of the Copperheads, arguing that they were traditionalists who fiercely resisted modernization and wanted to return to the old ways. Klement in the 1950s argued that the Copperheads' activities, especially their supposed participation in treasonous anti-Union secret societies, were mostly false inventions by Republican propaganda machines designed to discredit the Democrats at election time. Curry sees Copperheads as poor traditionalists battling against the railroads, banks, and modernization. In his standard history Battle Cry of Freedom, (1988) James M. McPherson asserted that Klement had taken "revision a bit too far. There was some real fire under that smokescreen of Republican propaganda."

Jennifer Weber's Copperheads (2006) agrees more with Wood and Milton than with Klement. She argues first, there was great strength in Northern antiwar sentiment, so that Peace Democrats came close to seizing control of their party in mid-1864. Second, she shoes peace sentiment led to deep divisions and occasional violence across the North. Third, she concludes the peace movement deliberately weakened the Union military effort by undermining enlistment and the operation of the draft. Indeed, Lincoln had to divert combat troops to retake control of New York City from the peace rioters in 1863. Fourth, Weber shows how the attitudes of Union soldiers affected partisan battles back home. The soldiers' rejection of copperheadism and their overwhelming support for Lincoln's reelection in 1864 was decisive in securing the Northern victory and the preservation of the Union. The Copperheads' appeal, she argues, waxed and waned with Union failures and successes in the field.


The Charleston Riot of 1864

During the Civil War on March 28, 1864 , anti-war Democrats clashed with Union soldiers on leave in Charleston, Illinois, on the Coles County courthouse square. This event, which would come to be known as the Charleston Riot, left nine dead and twelve wounded, making it one of the deadliest soldier-civilian encounters in the N orth during the Civil War.

In the 1860s Charleston was a small town of approximately 3,000 people in Coles County. The town was made up primarily of farmers and landowners, many of whom had either migrated to Coles County from the South, largely from Kentucky, or were descendants of those migrants. The county brought together two starkly different cultures and ideologies of northern and southern migrants. Many Midwestern farm families suffered economic losses with the war, and like many other towns throughout the country during the Civil War, Charleston was divided by the growing conflict.

Copperheads, also known as anti-war Democrats, Peace Democrats, or Butternuts, were Democrats in the Union who opposed the Civil War in favor of a peace agreement with the Confederates. The conflict between Copperheads and Republican civilians and Union soldiers intensified as the Civil War carried on, and it became more violent by early 1864. There had been many nonviolent incidents earlier throughout the war, such as Copperheads verbally harassing Union soldiers or Union soldiers forcing Copperheads to swear their allegiance to Lincoln and the Union, but by January and February of 1864 these altercations started becoming violent. By March, tensions reached a new high.

On March 28, 1864, Charleston’s square was particularly busy with the Circuit Court in session at the courthouse. There was also a Democratic rally planned with hundreds of Copperheads present, and approximately 40 to 50 Union soldiers from the Illinois 54 th Infantry were in town before they had to report for duty in Mattoon. Based on the tension between these groups throughout the day, with sporadic bouts of shoving and yelling, Democratic leaders canceled their planned rally and suggested followers go home before the situation worsened.

Before the crowds in the square could disperse, an altercation broke out between Copperheads and Union soldiers and shooting erupted in the square. Witness accounts of the incident offer conflicting evidence of who fired the first shot, but within just a few moments nearly 100 shots had been fired. Reports also indicate that the Copperheads had stored weapons under hay and blankets in their wagons before the riot in preparation for any confrontation from the Union soldiers, while most of the soldiers were unarmed.

The day after the riot, more than 600 soldiers were assembled in Mattoon and Charleston. Many of the Copperheads involved in the riot fled the town or went into hiding. The riot made national headlines and became an example of anti-war sentiment. The deadly incident turned public opinion against anti-war groups like the Copperheads, particularly in Illinois. Fifty suspects were held and interrogated, and 29 of them were kept in custody in Springfield. Many, including Abraham Lincoln, feared that the Charleston Riot could mark the start of a Northern uprising of supporters of the Southern cause. In June, Lincoln suspended the prisoners’ writ of habeas corpus and had them relocated from Springfield to Fort Delaware until he could analyze the case further. However, he met resistance from the judge and residents of Coles County, including friends and family members of Lincoln’s , who advocated that the prisoners be returned the civil authorities. Lincoln ordered the prisoners to be returned to the Coles County sheriff in November and by the end of 1864, all those held were either released or exonerated.

The IHLC’s James Russell Collection, 1859-1970 (MS 244) contains miscellaneous historical material, such as newspaper clippings, correspondence, and research notes, including information about the Charleston Riot. One newspaper clipping details the attack and its immediate aftermath, describing the scene of the shooting in the courthouse.

The IHLC’s collection of 1864 Election Political Cards (MS 1054) consists of two political cards expressing anti-Democrat sentiment leading up to the presidential election of 1864. In the 1864 election, the Democratic Party adapted a platform aligned with Copperheads, supporting an immediate end to the war. George B. McClellan, a former Union General, was chosen as the Democratic nominee and was ultimately defeated by incumbent Abraham Lincoln. The satirical political cards, which poke fun at the Copperheads and McClellan, include illustrations of a donkey, as well as insinuations and wordplays reflective of recent political and military events.

You can learn more by exploring some of our other collections with information about Copperheads here: https://www.library.illinois.edu/ihx/archon/index.php?p=core%2Fsearch&q=copperhead

Barry, Peter J. The Charleston, Illinois Riot, March 28, 1864 . Urbana, IL: Peter J. Barry, 2007. Call number: 977.372 B279c .

Weber, Jennifer L. Copperheads: The Rise and Fall of Lincoln’s Opponents in the North . Oxford, UK: Oxford University Press, 2006. Call number: 973.712 W388c .

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Les instruments de lOrchestre Symphonique - Les Cuivres (Janvier 2022).