L'histoire

Soldat inconnu est sélectionné

Soldat inconnu est sélectionné


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 24 octobre 1921, dans la ville française de Châlons-sur-Marne, un officier américain sélectionne le corps du premier « soldat inconnu » à honorer parmi les quelque 77 000 militaires américains tués sur le front occidental pendant la Première Guerre mondiale.

Selon les registres officiels de l'Army Graves Registration Service déposés aux Archives nationales des États-Unis à Washington, quatre corps ont été transportés à Châlons depuis les cimetières de l'Aisne-Marne, de la Somme, de la Meuse-Argonne et de Saint-Mihiel. Tous étaient de grands champs de bataille, et ces deux dernières régions ont été le théâtre de deux opérations offensives dans lesquelles les troupes américaines ont joué un rôle de premier plan au cours de l'été et de l'automne décisifs de 1918. Comme l'indiquaient les registres de service, l'identité des corps était totalement inconnue : « Les dossiers originaux montrant l'internement de ces corps ont été fouillés et les quatre corps sélectionnés représentaient les restes de soldats dont il n'y avait absolument aucune indication quant au nom, au grade, à l'organisation ou à la date du décès.

Les quatre corps sont arrivés à l'Hôtel de Ville de Châlons-sur-Marne le 23 octobre 1921. A 10 heures le lendemain matin, des responsables français et américains sont entrés dans une salle où étaient exposés les quatre cercueils, chacun drapé d'un drapeau américain . Le sergent Edward Younger, l'homme chargé de faire la sélection, portait une gerbe de roses blanches avec lesquelles marquer le cercueil choisi. Selon le récit officiel, Younger « est entré dans la chambre dans laquelle reposaient les corps des quatre soldats inconnus, a fait le tour des cercueils trois fois, puis a placé silencieusement les fleurs sur le troisième cercueil en partant de la gauche. Il a fait face au corps, s'est mis au garde-à-vous et a salué.

Portant l'inscription "Un Américain inconnu qui a donné sa vie pendant la guerre mondiale", le cercueil choisi a voyagé à Paris puis au Havre, en France, où il monterait à bord du croiseur Olympie pour la traversée de l'Atlantique. De retour aux États-Unis, le soldat inconnu a été enterré au cimetière national d'Arlington, près de Washington, D.C.


Le corps du soldat inconnu est revenu aux États-Unis il y a 99 ans après la Première Guerre mondiale

Le 9 novembre 1921, le corps du soldat américain qui repose maintenant dans la tombe du soldat inconnu est revenu aux États-Unis depuis la France, où il est mort lors des combats de la Première Guerre mondiale.

Selon le cimetière national d'Arlington, les restes du soldat inconnu ont été amenés à Washington D.C. et ont été amenés au Washington Naval Yard à bord de l'USS Olympia de la marine américaine.

Selon l'U.S. Naval History and Heritage Command, l'USS Olympia a mis les voiles le 3 octobre et est arrivé en France le 24 octobre 1921. Ce jour-là, le sergent de l'armée américaine. Edward F. Younger a été chargé de sélectionner l'un des quatre militaires américains non identifiés, dans quatre cercueils identiques, pour devenir le soldat inconnu de l'Amérique, censé représenter tous les morts de guerre non identifiés de l'Amérique. Younger, lui-même un vétéran deux fois blessé de la Première Guerre mondiale, a choisi le troisième cercueil à partir de la gauche de la rangée de quatre cercueils, déposant un bouquet de roses blanches sur le cercueil de ce soldat et les désignant le Soldat inconnu.

L'équipage si l'USS Olympia man les rails en tant que soldat inconnu est renvoyé aux États-Unis au Washington Navy Yard, le 9 novembre 1921. (U.S. Naval History and Heritage Command photo/libérés)

Le 25 octobre, la dépouille du soldat inconnu a été amenée à la jetée d'Escale au Havre, où des personnes de toute la France s'étaient rassemblées pour rendre hommage au soldat. L'équipage de l'USS Olympia avait méticuleusement nettoyé le navire de haut en bas, en prévision de l'arrivée du Soldat inconnu.

Alors que le soldat était amené à bord de l'USS Olympia, une fanfare du navire a joué une interprétation de l'hymne national français « La Marseillaise », qui s'est enchaîné dans « The Star-Spangled Banner ». Une fois que le cercueil du soldat inconnu a été fixé sur le pont du navire, des foules de membres du clergé, d'écoliers, de veuves de guerre et d'organisations civiques françaises sont montées à bord du navire et ont inondé le cercueil recouvert du drapeau de fleurs. Le Soldat inconnu avait également été décoré de l'Ordre national de la Légion d'honneur, le plus haut ordre français du mérite militaire et civil.

Après son arrivée aux États-Unis, le soldat inconnu a été amené à se trouver dans la rotonde du Capitole des États-Unis, où il a été détenu du 9 au 11 novembre, selon l'architecte du Congrès.

Tombe du Soldat inconnu, cimetière national d'Arlington, le 11 novembre 1922. La vue est du côté sud de la tombe vers le nord. (Herbert French, Bibliothèque du Congrès, domaine public.)

Selon le cimetière national d'Arlington, environ 90 000 visiteurs ont fait la queue pour rendre hommage au soldat inconnu alors que son corps était conservé dans la rotonde du Capitole.

Le soldat inconnu a été enterré dans la tombe du soldat inconnu au cimetière national d'Arlington à Arlington, en Virginie, le jour de l'armistice, le 11 novembre 1921. Au cours de la cérémonie du jour de l'armistice, le soldat inconnu a reçu la Croix de Victoria, Royaume-Uni’s plus haute distinction militaire, décernée par l'amiral de la flotte Lord Beatty, au nom du roi George V, selon les archives du gouvernement britannique.

Le jour de l'armistice sera plus tard célébré aux États-Unis en tant que jour des anciens combattants.

La tradition d'honorer les soldats inconnus suivants s'est poursuivie, les États-Unis honorant la sélection de deux soldats inconnus de la Seconde Guerre mondiale, l'un du théâtre de guerre européen et l'autre du Pacifique, et un autre membre du service américain de la guerre de Corée. Un soldat inconnu a été désigné pour la guerre du Vietnam, mais a ensuite été exhumé et identifié positivement comme étant le 1er lieutenant Michael Blassie, selon les archives du gouvernement américain. Les restes de Blassie ont été rendus à sa famille.

Les soldats affectés au 3e Régiment d'infanterie, la vieille garde, effectuer un changement de garde sur la Tombe de l'Inconnu au cimetière national d'Arlington, en Virginie (Photo de la Garde nationale par le sergent. Joseph Rivera Rebolledo, Bureau des affaires publiques de la Garde nationale de Porto Rico)


Qui est enterré dans la tombe du soldat inconnu ?

C'est le jour de l'armistice, le 11 novembre, dans la capitale nationale. C'est une journée animée au cimetière national d'Arlington. Des dignitaires se tiennent silencieusement à l'occasion du troisième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, regardant un seul cercueil blanc descendre dans une tombe marbrée. Le président Calvin Coolidge, l'ancien président Woodrow Wilson, le juge de la Cour suprême (ainsi que l'ancien président) William Howard Taft, Chief Plenty Coups et des centaines de militaires américains dévoués sont présents. Alors que le cercueil s'installe sur sa dernière demeure dans la tombe, sur une fine couche de sol français, trois salves sont tirées. Un clairon joue des claquettes et, avec la note finale, vient une salve de 21 coups de canon. La fumée se dissipe et les yeux se dessèchent alors que le soldat inconnu de la Première Guerre mondiale est inhumé, le premier soldat inconnu à être officiellement honoré de cette manière dans l'histoire américaine.

Lisez aussi: Voici ce qu'il faut pour garder la ‘Tomb of the Unknown Soldier’

Les alliés des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale, la France et la Grande-Bretagne, ont été les premiers pays à pratiquer le concept d'enterrement d'un « soldat inconnu ». l'histoire. Un nombre impressionnant de 37 millions de personnes (environ 1 sur 48) ont été tuées, blessées, capturées ou portées disparues au combat des deux côtés dans ce qui a été appelé « La guerre pour mettre fin à toutes les guerres ». La grippe espagnole a tué entre 50 et 100 millions de personnes et infecté environ un demi-milliard dans le monde, environ 1 humain sur 4.)

Avant même la fin de la guerre, l'idée de trouver un moyen de commémorer correctement les soldats français perdus, disparus ou impossibles à identifier qui sont morts en combattant pour leur pays a été conçue. Vers novembre 1916, deux ans avant la fin de la guerre, la ville de Rennes en France a organisé une cérémonie pour honorer les citoyens locaux qui ont été perdus et introuvables. Après avoir entendu parler de cette cérémonie, trois ans plus tard, le Premier ministre français a approuvé l'installation à Paris d'une tombe dédiée au soldat inconnu français. Il a proposé à l'origine que la tombe soit placée au Panthéon, avec d'autres personnages historiques français comme Victor Hugo et Voltaire (dont ce dernier a fait fortune en truquant la loterie). Cependant, les organisations d'anciens combattants voulaient un emplacement réservé uniquement au soldat inconnu. Ils se sont mis d'accord sur une tombe sous l'Arc de Triomphe, initialement achevée en 1836 pour commémorer d'autres militaires français perdus.

La tombe du soldat inconnu, Paris, France. (Photo de Jérôme BLUM)

Avec l'aide d'un boulanger français de 21 ans devenu soldat « vaillant » nommé August Thin, un soldat inconnu représentatif a été choisi. Le 11 novembre 1920, son cercueil est démoli dans les rues de Paris, avant de s'installer sous l'Arc de Triomphe, où il repose. À ce jour, le tombeau est toujours là avec une torche à ses côtés, ravivée tous les soirs à 18h30.

Le même jour, à deux cent quatre-vingt-cinq milles de Londres, la Grande-Bretagne organisait une cérémonie similaire. La tombe du guerrier inconnu, comme on l'appelle à Londres, se trouve à l'abbaye de Westminster. C'est la seule pierre tombale de l'abbaye sur laquelle il est interdit de marcher, et porte cette inscription, "Sous cette pierre repose le corps d'un guerrier britannique inconnu par son nom ou son rang amené de France pour reposer parmi les plus illustres du pays et enterré ici le jour de l'armistice le 11 novembre 1920.”

En relation: Regardez ce garde de la tombe des inconnus se faire poignarder et continuer

De nombreux pays dans le monde ont adopté ce symbole de commémoration, y compris les États-Unis d'Amérique. En décembre 1920, le membre du Congrès Hamilton Fish Jr. de New York a présenté au Congrès une résolution demandant le retour d'un soldat américain inconnu de France pour un enterrement cérémonial approprié dans une tombe à construire au Memorial Amphitheatre du cimetière national d'Arlington. La mesure a été approuvée quelques mois plus tard pour une « structure simple » qui servirait à terme de base à un monument plus élaboré. Initialement fixée au Memorial Day en 1921, la date a été repoussée lorsqu'il a été noté que de nombreux soldats inconnus en France faisaient l'objet d'une enquête et pourraient être identifiés, ce qui les rend plus qualifiés pour être le soldat inconnu. La date a ensuite été changée pour le jour de l'armistice, 1921.

Une qualification importante pour être sélectionné en tant que "soldat inconnu" est, bien sûr, que le soldat est vraiment inconnu, car ils sont censés symboliser n'importe quel soldat. Ainsi, il ne pouvait y avoir aucune pièce d'identité sur le corps, aucun dossier personnel du défunt, aucune identification familiale et aucune information nulle part sur l'identité de cette personne. Cela signifiait également que certaines précautions devaient être prises pour s'assurer que les sélectionnés ne seraient jamais identifiés. Par exemple, en France, lorsque huit corps ont été exhumés de huit champs de bataille différents, ils ont mélangé les cercueils pour s'assurer que personne ne savait qui venait d'où.

Quand August Thin, le jeune soldat qui a eu l'honneur de choisir le Soldat inconnu, a fait le tour des cercueils et a délicatement déposé des fleurs sur l'un d'eux, il n'avait légitimement aucune idée de qui il choisissait. En Grande-Bretagne, six corps ont été choisis sur six champs de bataille différents. N'ayant pas été informé d'un ordre donné aux corps, le brigadier L.J. Wyatt ferma les yeux et marcha parmi les cercueils. Silencieusement, sa main se posa sur l'un d'eux – le Guerrier Inconnu.

Plus: Un nouveau monument honorera les équipages d'hélicoptères vietnamiens

En Amérique, le processus était encore plus cérémonieux. Quatre Américains inconnus ont été exhumés de leurs cimetières français, emmenés en Allemagne, puis échangés d'un cas à l'autre, de sorte que même les porteurs ne savaient pas quel cercueil ils transportaient. L'honneur de choisir exactement quel cercueil a ensuite été confié au Sgt. Edward F. Younger de la Compagnie du Quartier Général, 2e Bataillon, 50e Infanterie, Forces américaines en Allemagne. En plaçant une rose sur le cercueil choisi, le soldat inconnu a été sélectionné et envoyé aux États-Unis sur le navire Olympia. Plus tard, cette rose serait enterrée avec le cercueil.

Arrivé sur les rives de l'Amérique, le cercueil a été emmené au Capitole, où il a été disposé sous la rotonde. Le président Warren G. Harding et la première dame, Florence, ont rendu hommage, avec Mme Harding déposant une couronne qu'elle a elle-même faite sur le cercueil. Après les visites de nombreux notables et militaires, une veillée a été maintenue pendant la nuit. Le lendemain, la rotonde a été ouverte au public. Il a été rapporté que près de 100 000 personnes sont venues commémorer le Soldat inconnu.

(Photo officielle du DoD)

Vers 10 heures du matin, le 11 novembre, le cortège funèbre a commencé, passant par la Maison Blanche, le Key Bridge et la construction du Lincoln Memorial (qui serait terminée six mois plus tard). Arrivée au cimetière national d'Arlington et à l'amphithéâtre commémoratif, la cérémonie a commencé assez rapidement. En fait, il a été rapporté que le président, qui voyageait en voiture, s'est retrouvé coincé dans un embouteillage sur le chemin et aurait été en retard si ce n'était de la décision rapide de son chauffeur de couper à travers un champ.

Le début de la cérémonie comprenait le chant de l'hymne national, un clairon et deux minutes de silence. Ensuite, le président Harding a pris la parole, rendant hommage au soldat inconnu et demandant la fin de toutes les guerres. Il a ensuite placé une médaille d'honneur sur le cercueil. Le membre du Congrès Fish a suivi en déposant une couronne sur la tombe. Ensuite, le chef Plenty Coups, chef de la nation Crow, a posé son chapeau de guerre et son bâton de coup d'État. Enfin, le cercueil a été descendu dans la crypte pendant que la batterie de salut tirait trois coups de feu. Taps a été joué avec une salve de 21 coups à la fin. La cérémonie du premier soldat inconnu américain était terminée.

En relation: La construction du mémorial national de la Première Guerre mondiale commence 100 ans plus tard

De nombreux éléments de cette cérémonie ont été répétés en 1956, lorsque le président Eisenhower a pris des dispositions pour que des soldats inconnus soient sélectionnés parmi la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée. En 1984, le président Reagan a présidé la cérémonie du Soldat inconnu de la guerre du Vietnam. Agissant en tant que plus proche parent, il a accepté le drapeau présenté à la fin de la cérémonie. En 1998, une mini-polémique s'est produite lorsque, grâce à des tests ADN, il a été découvert que les restes du soldat inconnu du Vietnam étaient le 1er lieutenant de l'Air Force Michael Joseph Blassie, qui a été abattu près d'An Loc, au Vietnam, en 1972. En raison à cela, il a été décidé que la crypte qui abritait autrefois sa dépouille resterait vacante avec seulement cette inscription, "Honorer et garder la foi avec les militaires disparus de l'Amérique, 1958-1975".

Aujourd'hui, la tombe du soldat inconnu en Amérique est sous garde solennelle 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, la relève de la garde ayant lieu jusqu'à 48 fois par jour. C'est vraiment l'un des monuments commémoratifs les plus sombres, les plus touchants et les plus patriotiques des États-Unis.


Ne manquez pas ce documentaire révélateur sur les anciens combattants amérindiens

Publié le 29 avril 2020 15:57:50

Tout au long de l'histoire, les guerriers amérindiens ont donné un large éventail de motifs pour rejoindre l'armée américaine. Ceux-ci incluent le patriotisme, la fierté, la rage, le courage, le sens pratique et la spiritualité, tous se mêlant à un respect constant des traditions tribales, familiales et nationales.

En cette Journée des anciens combattants, explorez les façons compliquées dont la culture et les traditions amérindiennes ont affecté leur participation dans l'armée américaine lorsque The Warrior Tradition sera diffusé à 21 h HE sur PBS. Le documentaire d'une heure, coproduit par WNED-TV et Florentine Films/Hott Productions, Inc., raconte les histoires de guerriers amérindiens de leur propre point de vue – des histoires de service et de douleur, de courage et de peur.

The Warrior Tradition sera diffusé sur PBS dans tout le pays le lundi 11 novembre 2019 à 9/8c (consultez les listes locales).

Cet article a été initialement publié sur VANtage Point. Suivez @DeptVetAffairs sur Twitter.

En savoir plus sur Nous sommes les puissants

Des articles

AMÉRIQUE

Après la Première Guerre mondiale, les responsables des pays alliés ont découvert que les corps de nombreux soldats tués au combat ne pouvaient pas être identifiés. Les gouvernements de Belgique, de Grande-Bretagne, de France, d'Italie, du Portugal et des États-Unis ont décidé d'honorer la mémoire de ces soldats. Chaque gouvernement a choisi un inconnu symbolique, a enterré sa dépouille près de la capitale nationale et construit un monument en son honneur. Le premier inconnu à être enterré fut celui de la France. La sélection -- magnifiquement dépeinte dans le film LA VIE ET ​​RIEN MAIS de 1989 -- a été faite à la Citadelle de Verdun et le corps a ensuite été emmené à l'Arc de Triomphe. Chaque jour, la flamme intérieure est rallumée à l'Arc lors d'un rituel commémoratif. Le 13 septembre 1991, vingt-deux représentants de la Great War Society ont participé à cette cérémonie avec notre membre et ancien combattant de la Première Guerre mondiale, feu Frank Arnald, qui a eu l'honneur de rallumer la flamme.

Inconnus des alliés américains de la Première Guerre mondiale

LA TOMBE DU SOLDAT INCONNU D'AMÉRIQUE

Dans le magnifique cimetière national d'Arlington en Virginie, sur une colline surplombant la rivière historique Potomac, se trouve un sanctuaire qui est devenu la Mecque non seulement de tous les Américains qui visitent Washington, mais aussi de nombreux dignitaires et personnes éminents de pays étrangers. C'est le tombeau des soldats inconnus de l'Amérique, symbolisant ceux d'Amérique qui ont donné leur vie pendant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et la Corée, pour défendre l'intégrité, l'honneur et la tranquillité de la nation.

Suite à la coutume inaugurée par d'autres pays alliés pendant la Première Guerre mondiale, le Congrès le 4 mars 1921, a approuvé une résolution prévoyant l'enterrement dans l'Amphithéâtre commémoratif du cimetière national d'Arlington le jour de l'Armistice 1921 d'un soldat américain inconnu et non identifié de la Première Guerre mondiale. Le secrétaire à la guerre a délégué au quartier-maître le devoir de sélectionner le soldat inconnu et, en conséquence, le quartier-maître général a ordonné au chef du service américain d'enregistrement des sépultures en Europe de choisir parmi les sépultures d'America's Unknown Dead les corps de quatre personnes tombées dans la zone de combat. afin que l'un d'entre eux puisse être désigné anonymement comme celui à inhumer conformément aux dispositions de la Résolution. Quatre corps de soldats inconnus ont été sélectionnés, un dans chacun des cimetières suivants Aisne-Marne, Meuse-Argonne, Somme et Saint-Mihiel - et amenés à Châlons où ils ont été placés à l'Hôtel de Ville. Le fait que les corps sélectionnés étaient ceux d'Américains était déterminé par le lieu du décès, l'inhumation d'origine et les uniformes. Le plus grand soin a été apporté à ce qu'il n'y ait aucune preuve d'identification sur les corps sélectionnés et aucune indication que leur identité puisse jamais être établie.

Après que les quatre corps aient été disposés à l'Hôtel de Ville, l'étape suivante consistait à sélectionner celui parmi eux pour représenter tous les morts américains inconnus. Cette cérémonie bien que simple était des plus impressionnantes. Compte tenu de ses services exceptionnels, le sergent Edward Younger, en service avec les forces américaines en Allemagne, a eu l'honneur de faire la sélection finale. Le lundi matin 24 octobre 1921, à 10 heures. en présence du Quartier-Maître Général, du Général Commandant des Forces Américaines en Allemagne, du Maire de Châlons-sur-Marne, de hauts officiers de l'Armée française, de citoyens français distingués et d'éminents civils américains et français la sélection a été faite. Tandis qu'une fanfare militaire française jouait un air approprié, le sergent Younger entra lentement dans la pièce où étaient placés les quatre cercueils. Passant entre deux lignes formées par les fonctionnaires, il s'avança silencieusement vers les cercueils, en fit trois cercles et plaça une gerbe de roses blanches sur le troisième cercueil en partant de la gauche. Il a ensuite fait face au corps, s'est mis au garde-à-vous et a salué. Il est immédiatement suivi par des officiers de l'armée française qui saluent au nom du peuple français.

Le corps gisait en état pendant plusieurs heures sous la surveillance d'une haie d'honneur composée de soldats français et américains tandis que les habitants de Châlons lui rendaient respectueusement hommage et laissaient offrandes de fleurs et autres hommages. Après de brèves cérémonies officielles par la Ville de Châlons, le cercueil a été placé sur un affût de canon drapé de drapeaux et escorté par les troupes américaines et françaises jusqu'à la gare où il a été placé à bord de la voiture funéraire dans un train spécial pour le voyage vers Le Harve. À l'arrivée au Havre, le train a été accueilli par des fonctionnaires et des troupes françaises et des citoyens du Havre qui s'étaient rassemblés pour qu'eux aussi puissent rendre hommage au soldat inconnu de l'Amérique. Accompagné de nombreux hommages floraux et escorté de troupes françaises et américaines, le cortège solennel s'est déplacé à travers la ville du Havre jusqu'à l'embarcadère où le croiseur américain "Olympia", vaisseau amiral de l'amiral Dewey à la bataille de la baie de Manille, attendait avec ses drapeaux à mi-hauteur mât pour recevoir la précieuse cargaison qu'elle devait apporter à la Patrie. Ici, avec des cérémonies dignes de l'occasion solennelle, le cercueil a été remis à la marine des États-Unis et placé sur la poupe fleurie du croiseur pour le long voyage vers l'Amérique. Lentement et silencieusement, "l'Olympia" s'est éloigné de la jetée et avec un salut de dix-sept canons du destroyer français, auquel elle a rapidement répondu, le voyage du soldat inconnu vers sa patrie a commencé.

États-Unis Olympie, 25 octobre 1921 Le soldat inconnu quitte la France pour le sol américain

Le 9 novembre 1921, à 16h00, le "Olympia" atteignit le Navy Yard à Washington, DC, où le cercueil drapé du drapeau fut solennellement remis par la Marine à l'Armée, représentée par le Commandant Général du District de Washington, et escorté jusqu'à la rotonde du Capitole. Ici, sur le même catafalque qui avait pareillement tenu les restes de nos présidents, Lincoln, Garfield et McKinley, le corps gisait en état sous une garde d'honneur et composé d'hommes sélectionnés de l'armée, de la marine et du corps des marines. Tout au long de la journée suivante, des milliers d'individus patriotes, y compris les plus hauts fonctionnaires du gouvernement, des membres du corps diplomatique et des citoyens privés, sont passés devant le cercueil pour rendre hommage au soldat inconnu qui symbolisait tous nos inconnus et le but pour lequel ils sont morts.

Le matin du 11 novembre 1921, jour de l'armistice, à 8 h 30, le cercueil a été retiré de la rotonde du Capitole et escorté jusqu'à l'amphithéâtre commémoratif du cimetière national d'Arlington sous une escorte militaire, avec des officiers généraux de l'armée et Amiraux de la Marine pour les porteurs et sous-officiers de la Marine et du Corps des Marines pour les porteurs de corps. À la suite du caisson portant le cercueil drapé du drapeau marchait un tel hall comme jamais auparavant un soldat n'avait suivi jusqu'à sa dernière demeure - le président des États-Unis, le vice-président, le juge en chef et les juges associés de la Cour suprême, les membres de le corps diplomatique, les porteurs de la Médaille d'honneur du Congrès, les sénateurs, les membres du Congrès, les généraux des armées de la Première Guerre mondiale et des guerres antérieures, et d'autres officiers distingués de l'armée, de la marine et du corps des marines, les anciens combattants de la Première Guerre mondiale et des anciennes guerres, des fonctionnaires de l'État et des représentants d'organisations patriotiques. Solennellement à travers les rues bordées de milliers de personnes rassemblées pour rendre hommage à ceux qui sont morts sur le champ de bataille, la procession s'est dirigée vers la ville historique d'Arlington. À son arrivée à l'amphithéâtre, le cercueil a été transporté par l'entrée sud de l'abside où il a été déposé avec révérence sur le catafalque. Pendant la procession, le vaste public à l'intérieur et à l'extérieur de l'amphithéâtre se tenait à découvert. Une cérémonie funéraire simple mais impressionnante a eu lieu, qui comprenait une allocution du président des États-Unis qui a conféré au soldat inconnu la médaille d'honneur du Congrès et la croix du service distingué. À la suite de cette cérémonie, des représentants spéciaux des gouvernements étrangers associés aux États-Unis pendant la Première Guerre mondiale ont chacun à leur tour conféré à l'Inconnu la plus haute décoration militaire de leur nation.

A la fin de ces cérémonies, les restes, précédés par le clergé, le président et Mme Harding et d'autres assis dans l'abside, ont été portés au sarcophage où un bref service d'incarcération a eu lieu. Avec trois salves d'artillerie, le son des robinets et le Salut National, les impressionnantes cérémonies ont été clôturées. Il était à l'origine prévu que la simple tombe en marbre blanc placée sur la tombe du soldat inconnu immédiatement après l'inhumation devrait servir de base à une superstructure appropriée. En conséquence, très peu de temps après les cérémonies du 11 novembre 1921, la question du choix d'un monument approprié pour compléter le Tombeau fut examinée. Ce n'est que le 3 juillet 1926, cependant, que le Congrès a finalement autorisé l'achèvement de la tombe et la dépense de 50 000 $ en conséquence.

La loi mentionnée ci-dessus prévoyait que le secrétaire à la guerre obtenait des projets concurrentiels conformément aux règlements qu'il pourrait adopter pour achever la tombe du soldat inconnu. La loi prévoyait en outre que les conceptions acceptées devaient être soumises à l'approbation de la Commission du cimetière d'Arlington, de la Commission américaine des monuments de bataille et de la Commission des beaux-arts. Conformément aux dispositions de la loi, le secrétaire à la guerre a préparé un programme pour l'achèvement de la tombe et a invité des architectes de renom qui étaient citoyens des États-Unis à soumettre des projets. Soixante-quatorze modèles ont été soumis et, parmi eux, cinq ont été sélectionnés pour une étude plus approfondie.

Les concurrents sélectionnés ont été amenés à réétudier leurs conceptions et à préparer des modèles de plâtre de Paris. Lorsque ces modèles ont été reçus, le Jury du Prix a étudié chacun d'eux, en tenant compte des abords du Tombeau, de l'Amphithéâtre dans lequel il se trouve et qui lui sert de décor, et de l'effet final après la mise en place du monument achevé. Après s'être penché sur la question avec le plus grand soin et minutie, le jury a finalement recommandé qu'un dessin anonyme soit le gagnant. Lorsque leur décision a été prise, une enveloppe scellée accompagnant le dessin a été ouverte et il a été constaté que le dessin gagnant était l'œuvre de Thomas Hudson Jones, sculpteur, et de Lorimer Rich, architecte, de New York.

Vue de face de la conception

La conception choisie était sous la forme d'un sarcophage, simple mais impressionnant, et le plus approprié pour le but recherché. La hauteur totale est de 11 pieds, la largeur est de 8 pieds à la base et 6 pieds 8 pouces au sommet, et la longueur est de 13 pieds 11 pouces à la base et de 12 pieds 7 pouces au sommet. La sévérité de la conception est soulagée par les pilastres doriques en bas relief dans les coins et le long des côtés. Le panneau du front, face à la ville de Washington et au Potomac, a gravé sur le marbre une composition de trois personnages commémorative de l'esprit des Alliés dans la guerre. Au centre du panneau se dresse "Victoire", avec sa branche de palmier pour récompenser le dévouement et le sacrifice qui ont accompagné le courage pour faire triompher la cause de la justice d'un côté une figure masculine symbolise la "Valeur" et de l'autre se dresse "la Paix". " Chacun des côtés est divisé en trois panneaux par des pilastres doriques, dans chacun desquels est sculptée une couronne inversée. Au dos figure l'inscription "Here Rests In Honored Glory An American Soldier Known But To God". C'est la seule inscription apparaissant sur la tombe.

Le marbre est le plus beau et le plus blanc des marbres américains - Yule, Colorado, marbre, et le même que celui utilisé dans le Lincoln Memorial. Le tombeau est composé de seulement quatre morceaux de marbre - la matrice, qui est toute d'une seule pièce et l'une des plus grandes jamais extraites, pesant plus de 50 tonnes la base, la sous-base et la pierre de couverture. Un crédit du Congrès pour les travaux a été obtenu et le 21 décembre 1929, un contrat pour l'achèvement du tombeau lui-même a été conclu.

Afin de fournir un cadre approprié pour la tombe une fois achevée, certains changements ont été nécessaires dans les terrains, les routes et l'aménagement paysager à proximité immédiate de la tombe. Pour ce faire, des plans ont été préparés pour fournir une approche élaborée de l'Est et le 28 février 1929, le Congrès a autorisé la construction des approches nécessaires à la tombe.

Le Credo des Sentinelles Ceux qui gardent le tombeau des inconnus

Mon dévouement à ce devoir sacré
Est total et sincère

Dans la responsabilité qui m'a été confiée
Jamais je ne faiblirai

Et avec dignité et persévérance
Mon standard restera la perfection.

À travers les années de diligence et de louange
Et l'inconfort des éléments
Je ferai mon tour avec une humble révérence
Au mieux de mes capacités.

C'est lui qui commande le respect que je protège
Sa bravoure qui nous rend si fiers.

Entouré de foules bien intentionnées le jour
Seul dans la paix réfléchie de la nuit

Ce soldat sera en l'honneur du repos de Gloire
Sous mon éternelle vigilance.

Sources et remerciements : La section d'introduction est en partie tirée de la World Book Encyclopedia. Les Sentinelles l'association des soldats qui gardent le Tombeau des Inconnus ont fourni leur credo et plusieurs des photos. La majeure partie de l'article provient d'un numéro de 1958 du magazine Quartermaster. MH

Pour trouver d'autres fonctionnalités de Doughboy, visitez notre
Annuaire

Pour plus d'informations sur les événements de 1914-1918, visitez la page d'accueil de
La Société de la Grande Guerre


Merci!

Cependant, dans les années qui ont suivi, l'espoir que la Première Guerre mondiale pourrait être la "guerre pour mettre fin à toutes les guerres" a été anéanti, et le sens du jour de l'armistice a également commencé à changer. En 1954, le Congrès américain a officiellement transformé le jour de l'armistice en jour des anciens combattants parce que, comme l'a dit le président Eisenhower à l'époque, « dans l'intervalle, les États-Unis ont été impliqués dans deux autres grands conflits militaires, qui ont ajouté des millions d'anciens combattants vivant et mort au tableau d'honneur de cette nation. (Le Memorial Day, qui honore ceux qui sont morts au combat, est beaucoup plus ancien, remontant aux années qui ont immédiatement suivi la guerre civile.)

En conséquence, des troupes inconnues des guerres ultérieures et de la Seconde Guerre mondiale, de la Corée et du Vietnam ont également été inhumées à Arlington. Après la guerre du Vietnam, cependant, les offres de tombes ont été confrontées à un nouveau problème : un soldat inconnu de cette guerre devait être enterré à Arlington aux côtés de ses camarades, mais entre les techniques d'identification modernes et le style de combat en petites unités de la guerre, chaque la troupe perdue a été identifiée à partir de 1972. Lorsqu'un « inconnu » a finalement été sélectionné pour le Vietnam en 1984, des questions demeuraient quant à savoir s'il était vraiment non identifié, et il a été exhumé et identifié environ une décennie plus tard.

Aujourd'hui, même si la Journée des anciens combattants a perdu une partie de son association avec la Première Guerre mondiale et ne vise pas seulement à honorer les anciens combattants décédés, la Tombe des inconnus conserve sa place centrale dans la célébration de la journée. Ce n'est pas un hasard si c'est au tombeau que le célèbre soldat de la Première Guerre mondiale, Alvin York, a donné sa réponse en 1941 à ceux qui se demandaient si la présence continue de la guerre dans le monde signifiait que lui et ses camarades s'étaient battus en vain, comme le TEMPS rapporté alors.

“People who ask us that question, ‘What did it get you?’ forget one thing. True, we fought the last war to make the world safe for democracy, and we did for a while,” he says. “The thing they forget is that liberty and freedom and democracy are so very precious that you do not fight to win them once&mdashand then stop. Liberty and freedom and democracy are prizes awarded only to those peoples who fight to win them and then keep fighting eternally to hold them.”


The unknown soldier's journey from trench to tomb

The unknown warrior was carried from a French battlefield 90 years ago, to be laid to rest among kings and statesmen in Westminster Abbey. But how did this symbol of the sacrifice of war come to be chosen?

In 1916, a Church of England clergyman serving at the Western Front in World War I spotted an inscription on an anonymous war grave which gave him an idea.

That moment of inspiration would blossom into a worldwide ceremony that is still being replicated in the 21st Century - the grave of an unknown warrior, symbolising those who made the ultimate sacrifice for their country.

The Reverend David Railton caught sight of the grave in a back garden at Armentieres in France in 1916, with a rough cross upon which was pencilled the words "An Unknown British Soldier".

In August 1920 Mr Railton wrote to the Dean of Westminster, Herbert Ryle, to suggest having a nationally recognised grave for an unknown soldier. The idea - which had also been mooted by the Daily Express newspaper the year before - was presented to the government and quickly taken up.

Memories of the war, in which a million British people had died, were still raw and the thousands of bodies that lay unidentified were a blight on Britain's conscience.

"Those parents and wives who had lost men to war didn't have anything tangible to grieve at, so the unknown warrior represented their loss," says Terry Charman, a historian at the Imperial War Museum.

But there was a procedure in choosing a single corpse to represent the many unnamed dead. The unknown warrior's body was chosen from a number of British servicemen exhumed from four battle areas - the Aisne, the Somme, Arras and Ypres. These remains were brought to the chapel at St Pol on the night of 7 November 1920, where the officer in charge of troops in France and Flanders, Brig Gen L J Wyatt, went with a Col Gell.

Neither had any idea where the bodies, laid on stretchers and covered by union jacks, were from.

"The point was that it literally could have been anybody," says Mr Charman. "It could have been an earl or a duke's son, or a labourer from South Africa.

"The idea really caught the public mood, as it was a very democratic thing that it could have been someone from any rank."

Gen Wyatt selected one body - it has been suggested he may have been blindfolded while making his choice - and the two officers placed it in a plain coffin and sealed it. The other bodies were reburied.

The next day the dead soldier began the journey to his final resting place. The coffin was taken to Boulogne and placed inside another coffin, made of oak from Hampton Court and sent over from England. Its plate bore the inscription: "A British Warrior who fell in the Great War 1914-1918 for King and Country".

This second coffin had a 16th Century sword, taken from King George V's private collection, fixed on top.

The body was then transported to Dover via the destroyer HMS Verdun and taken by train to London.

On the morning of 11 November 1920 - two years to the day after the war had ended, the body of the unknown warrior was drawn in a procession through London to the Cenotaph. This new war memorial on Whitehall was then unveiled by George V.

At 1100 there was a two-minute silence, and the body was then taken to nearby Westminster Abbey where it was buried, passing through a guard of honour of 100 holders of the Victoria Cross.

In a particularly poignant gesture, the grave was filled with earth from the main French battlefields, and the black marble stone was Belgian.

And at the exact time Britain was interring its unknown warrior, France was doing the same - burying its Soldat Inconnu at the Arc de Triomphe in Paris.

But while the coffin in London had been laid with great ceremony, no-one was exactly sure how the public would respond to this new memorial. In the event, they flocked to it. An estimated 1,250,000 people visited the Abbey to see the grave in only the first week.

Ninety years on, the dead soldier continues to be honoured, by the public and royalty alike.

What's more, the symbolism of the act has been mirrored by many other countries around the world. Iraq, the United States, Germany, Lithuania and Poland are just some of those which have created their own memorials.

On 17 October 1921, Britain's unknown soldier was given the US Medal of Honor, America's highest award for bravery, which hangs on a pillar near his grave. On 11 November 1921, the US unknown soldier was reciprocally awarded the Victoria Cross.

And the commemorations have continued - Australia's unknown soldier was buried at Canberra in 1993 and a Canadian equivalent interred in Ottawa in 2000. Six years ago, New Zealand exhumed remains from the Somme in France and buried its own unknown warrior.

Mr Charman says the diminishing significance of the Commonwealth may have added to the need for individual nations, which were once part of the British Empire, to create their own memorials.

"Nowadays, the concept of Commonwealth is much diminished. It doesn't mean anything in the same way it did years ago.

"To have its own unknown warrior, for a country that sent troops to WWI, is part of its own national identity."


Faits saillants de l'entrevue

On calls after World War I for the return of an unknown American who had been buried in France to be reburied in the U.S.

"It was in Chalons, France, that four bodies, unknown bodies from four of the cemeteries where the major fighting had taken place in the American Expeditionary Force, were selected. Unknowns were selected &mdash they were very carefully checked to make sure that there was nothing in there that could identify who these men were. And the burial tickets were actually burned after the bodies were selected, and the four bodies were selected and then brought to Chalons, France, and put in the city hall there."

On Sgt. Edward Younger, the American soldier given the honor of selecting which of the four unknowns would come home

"[Younger is] sort of the quintessential doughboy. This is an individual that fought in many of the major battles, right outside of Belleau Wood … for instance, through the war, a place called Blanc Mont, which was kind of like, think of 'The Guns of Navarone,' it's this incredibly fortified position which for years the French could never take. And the 2nd Division, which Edward Younger and the Marines in the 4th Brigade were part of, were able to seize Blanc Mont in an epic struggle.

"But Edward Younger finds himself there that night and he's given the honor to select the unknown soldier, and they hand him a bouquet of flowers that morning, a bouquet of roses, and said, 'Please choose the individual.' And he walked into the room where the sun was starting to come in, and just felt a presence that one of the men in one of the caskets was somebody that had fallen beside him. And he laid the the flowers down on the casket, and that is the unknown soldier that's buried [in Arlington]."

The eight body bearers carry the unknown soldier's casket during the burial ceremony at Arlington National Cemetery on Nov. 11, 1921. (Courtesy)

On the unknown soldier's journey to the U.S.

"They bring him back to the United States on board the USS Olympia, which is this storied warship that Adm. [George] Dewey had. The Olympia brings it back, it comes into the Washington Navy Yard and the body bearers &mdash the eight men that are in this book &mdash bring back the remains. It first goes to the Capitol Rotunda, where he lies. There's thousands of Americans that see him. And then the procession comes down from Washington to here in Arlington. Initially, [American Expeditionary Forces Gen. John] Pershing was supposed to be on horseback, but he just wanted to be a regular mourner and walked behind . with the unknown."

On the unknown soldier's burial ceremony on Nov. 11, 1921

"This was an incredibly important event in 1921, on Nov. 11. This was a chance of healing. Many of the leading organizations, the NAACP, many, many folks were invited to this ceremony. And one of the things that I found really interesting is it was, the last person as the unknown was being placed in the tomb, was Chief Plenty Coups, who was a Crow war chief, was given the honor of placing his war hammer on top of the tomb, and he says several words, even says later on that 'education is your greatest weapon.' But it's part of the healing process of, for many, many years, we fought Native Americans. But this is a chance for them to come together. And one of the body bearers, Cpl. [Thomas] Saunders, was also a Native American, a Comanche, and one of the most decorated Native Americans in the AEF."

On the Tomb of the Unknown Soldier's significance in American history

"This is hallowed ground. It's sacred ground. The Tomb of the Unknown Soldier represents all who served, and who have fallen, for the United States."


How a WWI soldier was chosen for the first official ‘tomb of the unknown’ at Arlington

One of the most haunting features at Arlington National Cemetery is the Tomb of the Unknowns, also known as the Tomb of the Unknown Soldier. The white marble sarcophagus has a flat-faced form with neoclassical columns set into the surface, and is emblazoned with three Greek figures representing Peace, Victory and Valor, along with six wreaths.

On the rear of the monument, there’s a haunting inscription: Here rests in honored glory, an American soldier known but to God.

But the story of how the first official unknown soldier from World War I was selected for burial in the graves alongside the monument is a strange one. For one, he wasn’t actually the first unidentified casualty to be entombed at Arlington, which was created from the confiscated estate of Confederate Gen. Robert E. Lee. About 2,011 unidentified sets of Civil War remains were buried there starting in 1865, in a simple pit, 20 feet deep, that was dug inside what had been the flower garden of the general’s wife, Mary Lee. As historian George W. Dodge notes, Mrs. Lee was not too happy about that, and complained after an 1866 visit that “they have done everything to debase and desecrate” the Lees’ former property.

In 1866, a granite sarcophagus was dedicated at Arlington to honor the bodies of 2,011 unidentified Civil War casualties. An 1873 Associated Press dispatch describes a particularly moving service on Decoration Day (now Memorial Day), led by President Ulysses S. Grant, in which mourners gathered around the sarcophagus as orphans from the National Soldiers’ and Sailors’ Home sang a hymn, and a war veteran named J.P. Irvine recited a poem entitled “Unknown,” the words of which unfortunately seem to have vanished into the mists of history.

After World War I, the idea of selecting a single unknown soldier for honors gained currency, in part because the British and the French had decided to do it. U.S. Rep. Hamilton Fish Jr. of New York convinced Congress to pass a resolution calling for the U.S. military to retrieve the remains of an unidentified U.S. soldier from Europe and bury him in a new tomb in Arlington near the cemetery’s amphitheater, where a new, more elaborate monument also would be built. Fish wanted a body in time to hold an elaborate memorial service on the traditional May 30 Decoration Day.

But according to a U.S. Army historical account, officials at the War Department, the forerunner of today’s Department of Defense, weren’t so thrilled with the idea. As then-War Secretary Newton D. Baker told a Senate committee considering the legislation, while 1,237 American dead were still unidentified, the military was hopeful that it eventually would be able to put a name on them all, and was reluctant to hastily select and bury an “unknown” soldier who might later be identified. After Baker was replaced by a new War Secretary, John W. Weeks, he voiced similar objections, but instead suggested that one might be found by Nov. 11, the date of the armistice that ended the war. In response, Congress agreed to make Nov. 11 a national holiday for honoring World War I dead.

Military officials still had the problem of finding a soldier whose remains were unlikely ever to be identified. In September 1921, the War Department ordered a Quartermaster Corps team to select a body from those buried in French graveyards. After examining the paperwork connected with the buried dead, they selected four bodies to be exhumed — one each from Aisne-Maine, Meuse-Argonne, Somme, and St. Mihiel cemeteries — as possible recipients of the honor. (They also were poised to dig up another four alternates, if none of those worked out.) In October, all four were transported by truck to the city hall of Chalons-sur-Marne for an induction ceremony in which one of the bodies would be chosen for burial in the Arlington tomb.

Since maintaining the mystery was crucial at that point, U.S. and French soldiers rearranged the caskets, so that it would be difficult even to tell which cemetery each of the bodies had come from. Originally, an officer was to pick the honoree, but after American officials found out that the French had designated an enlisted man to pick their own unknown soldier, they did the same, and left the selection to a Sgt. Edward F. Younger. As a band played a hymn, Younger walked around the caskets several times, and then randomly placed roses on one of the lids. The body inside was then transferred into a special, more elaborate casket, which was sealed for shipment to the U.S. The other three also-rans were then shipped by truck to a cemetery outside Paris, where they were reburied.

On Nov. 9, 1921, the USS Olympia sailed up the Potomac River, receiving and returning salutes from military posts along the route, and docked at the Washington Navy Yard. There, a contingent of dignitaries, including General of the Armies John J. Pershing and War Secretary Weeks, were on hand to meet the casket and watch it placed on a caisson. The procession, escorted by two squadrons of horse cavalry, then proceeded via M Street and New Jersey Avenue to the Capitol, where the casket was taken into the rotunda to lie in state. President Harding and his wife then paid their respects, with Mrs. Harding placing a wide white band of ribbon, which she had made herself, on the casket.

Two days later, an even more elaborate funeral procession that included a regiment of marching infantry, a band, a drum corps and cavalry and artillery squadrons, the casket was transported down along Pennsylvania Avenue to 15th Street, on 15th Street to Pennsylvania Avenue again, past the White House to M Street, then on M Street to Aqueduct Bridge (slightly upstream from the present-day Francis Scott Key Bridge). Three hours later, the parade reached Arlington cemetery, and the casket was carried inside the amphitheater. President Harding addressed a crowd of more than 5,000 people, giving a speech in which he pleaded for an end to war. Then, various dignitaries, including Congressman Fish, paid their respects and laid wreaths. Perhaps the most unusual tribute came from Chief Plenty Coups of the Crow nation, who laid his war bonnet and coup stick at the tomb.

Then, the casket finally was lowered into the crypt, the bottom of which had been covered with a layer of soil from France. A battery fired 21 guns in salute, and a bugler played “Taps.”

Watch a complete changing of the guard ceremony edited together from three different ceremonies all recorded on May 20, 2015. To watch the video at full resolution, be sure to choose the 4K option in the YouTube player. The video was shot and produced by Justin Scuiletti. Special thanks to Arlington National Cemetery and Sgt. 1st Class Nicolas Morales for helping in the production.


Unknown Soldiers

A couple walk by the Tomb of the Unknown Soldier

Related

Each year on Nov. 11, the U.S. celebrates Veterans Day in honor of those who have fought — and those who have died — for the country. Wreath-laying ceremonies take place at cemeteries across the land, including at Arlington National Cemetery in Virginia. Though the commemoration officially began in Arlington as Armistice Day, with the burial of an anonymous World War I soldier at the Tomb of the Unknowns in 1921, the occasion didn't become a federal holiday in the U.S. until 1938. (In 1954 its name was changed to Veterans Day.) Accounts differ on when the tradition began in Britain and France, but most experts surmise that the first burial of unidentified soldiers at Westminster Abbey in London and at the Arc de Triomphe in Paris took place in 1920, a year before the practice took root in the U.S. (See TIME's pictures "Photographing the Remains of the Fallen.")

The first known ceremony to honor unknown soldiers dates back to the Peloponnesian Wars in ancient Greece, where an empty stretcher was carried in tribute to the dead. Before Armistice Day in 1921, one of the earliest such commemorations in the U.S. was a granite sarcophagus dedicated in 1866 at Arlington in remembrance of the 2,011 unidentified soldiers who died in the U.S. Civil War.

The original unknown soldier buried at Arlington in 1921 was among four who had previously been interred in France. Once the caskets were exhumed, Sergeant Edward F. Younger, a decorated officer, walked around them several times and arbitrarily chose one of the four by placing a handful of white roses upon its top. The coffin lies in a tomb adorned with the phrase, "Here rests in honored glory an American soldier known but to God." In subsequent wars — including World War II, Korea and Vietnam — a solitary unidentified soldier was selected to be honored with an Arlington burial. Other nations have also adopted the ceremony. In Canada, the Tomb of the Unknown Soldier was added to the National War Memorial in Ottawa in 2000, when the casket of a Canadian soldier from World War I was disinterred from a French cemetery and flown across the ocean for burial. Iraq, Australia, Denmark and several countries in South America commemorate their unknown dead in similar ways. (See pictures of the memorial service at Fort Hood.)

The tradition took on great power — in the past, the Pentagon took great pains to ensure the bodies of unknowns remained unidentified, even going so far as to destroy relevant documents about where bodies were discovered and with what, if any, personal effects. But with the advent of DNA testing in the 1980s and '90s, the tradition of burying an unknown soldier has begun to decline. Most soldiers around the world are now required to supply blood samples upon joining the military to ensure their bodies can be identified if they are slain in the line of duty. Although military personnel put their lives at risk for their countries, this requirement, at least, can provide closure to families who might otherwise never be able to lay their loved ones to rest.


Voir la vidéo: Enemy Front u0026 Valiant Hearts: The Great War Zero Punctuation (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Jaidon

    Le message intelligible

  2. Earle

    Parlons, j'ai quelque chose à dire.

  3. Nerg

    Je joins. Je suis d'accord avec tout ce qui précède. Discutons de cette question.

  4. Somerton

    Random a trouvé ce forum aujourd'hui et s'est inscrit pour participer à la discussion de cette question.

  5. Zululkis

    prendre ...

  6. Iobates

    Je suis désolé, mais, à mon avis, des erreurs sont commises.



Écrire un message